Posts Tagged ‘parfum’

Aux portes de l’hiver….

jeudi, décembre 14th, 2017

Aux portes de l’hiver

Le soleil s’est pendu

Chapeau noir sur la ville

La lumière de l’été s’est perdue

Un vent fou dévale les rues

Les gouttières du ciel

Déversent des seaux de pluie

Qui s’écrasent sur mes carreaux

Une fumée sombre rase les toits

 

Je frémis

 

Tous mes oiseaux se sont enfuis

Les feux de l’automne aussi

place , place à l’hiver

Le temps se glace

 

Je me réfugie dans ma maison

Dans mon salon qui s’éclaire

et m’éclaire

L’arbre de jade fleurit

Comme un bijou précieux,

Dans l’air,

Il flotte un parfum délicieux

J’entend le doux gazouillis

de ses fleurs blanches étoilées

-reflet d’éternité-

Je les contemple,

Je les respire,

elles m’entourent de bonheur

je me fonds dans leur chaleur

*Je suis au paradis*

Le froid n’aura pas mes os

La nuit n’aura pas ma peau

D’un coup sec

De l’hiver,

Je ferme les portes.

 

Brigitte Gladys

 

L’arbre de jade présentent des fleurs « mandala étoile » à l’intérieur de l’étoile se dessine une autre étoile à 5 branches.

Meilleurs vœux 2015

jeudi, janvier 1st, 2015

Que la beauté soit dans vos coeurs !!!

Comme un jour béni des dieux

Comme une délicate lumière

Comme l’immensité du ciel azuré

Comme le mandala  parfait

d’un fruit à l’éclat orangé

Comme un parfum capiteux

Comme la majesté d’une fleur

à la robe

délicieusement ouvragée

Comme la douceur de l’air

sur ma peau dénudée

Comme des mots murmurés

Comme un grelot de rires.

orange 180

Meilleurs vœux 2015 ***

Brigitte Gladys

 

 

Couleurs Provence, parfum de promenade….

lundi, avril 28th, 2014

iris de provence 020

J’aime les couleurs  de la Provence .

Quand le mistral souffle, elles sont encore plus belles et lumineuses.

Ci dessus un champ à la couleur très douce et relaxante, un champ d’iris Pallida bleu lavande .

je connaissais la culture de la lavande mais pas celle ci.

Ces iris dégagent un parfum délicat et subtil , leurs fleurs sont destinées à la parfumerie.

Hier, c’était la fête de l’iris à Trets capitale mondiale de l’iris.

Et sur la route,au pied de La Sainte Victoire, en couleur opposées,iris de provence 023 la couleur vibrante et  radieuse des champs de colza….

De l’Art Contemporain ….

samedi, février 23rd, 2013

Verslecentre

Je me souviens, enfant, je dessinais et je peignais mais, dans ma famille de base, ce n’était pas du tout bien accueilli.

L’art, cela ne servait à rien et ne valait  rien, pire aimer peindre et dessiner ce n’était pas un plus, mais un moins, non, ce n’était pas bien et par extension, je n’étais pas bien.

Je n’étais pas conforme et de ce fait dévalorisée.

Donc l’idée de faire une carrière artistique était difficilement envisageable.

Après avoir passé un bac sciences expérimentales je suis partie, j’ai largué les amarres. Je suis  allée vivre à Londres et j’ai vu le monde sous un angle différent.

Par chance, pendant un an, j’ai vécu dans une famille qui aimait les Arts.

Ma logeuse était une ex- ballerine du royal opéra . C’était une femme charmante, cultivée qui m’a fait connaître, pour mon plus grand bonheur, les endroits qu’elle fréquentait .

J’ai découvert admirative  Nicolas Schöffer  et ses interventions lumineuses sur la ville.   Il avait déjà tout un questionnement sur  l’art relié à notre époque ?L’avant garde présentait déjà des installations.

Je fréquentais assidûment tous les musées.

Plus tard quand je suis revenue en France, petit à petit, l’idée de faire des études d’Arts a germé.

J’ai passé un premier concours pour intégrer l’Ecole des Beaux Arts de Montpellier. Je l’ai réussi. Après un an d’étude j’ai tenté le concours d’entrée à l’école des Beaux Arts de Paris que j’ai réussi.

Tout en continuant le cursus des Beaux Arts ma curiosité m’a poussée à suivre des cours d’Arts Plastiques à la Sorbonne.

Quand je suivais les cours d’Arts Plastiques, il était préférable de ne pas dire que je suivais parallèlement les cours des Beaux Arts et vice versa.

En Arts Plastiques, il n’était pas nécessaire de savoir bien dessiner mais il était nécessaire de philosopher. Les mots, les concepts étaient primordiaux.

Aux Beaux Arts, j’ai expérimenté  toutes les techniques de la peinture pour dégager mon propre style, cela me plaisait formidablement .

J’ai également étudié son histoire et quoi faire avec  ….

En ce qui me concerne j’ai appris beaucoup des deux enseignements et je n’en renie aucun. J’ai toujours été quelqu’un d’atypique . Il est difficile de me classer et de me mettre dans une petite case.

La vie de bohème étant ce qu’elle était, j’ai commencé a enseigner …

On m’appelait alors Mademoiselle La Professeur de dessin.

Très vite le monde artistique a évolué  on m’a  donné du Madame La Professeur d’Arts Plastiques.

Le terme d’Arts Plastiques parfois Nommés « Arts visuels » dans certains départements de France viendrait de la  traduction d’un texte du philosophe Kant. Il englobe  toutes les activités esthétiques ou poétiques au travers de productions diverses, qu’elles soient à plat ou bien en volume.

L’Art contemporain était sorti du cadre étroit de la feuille de dessin ou bien de la toile. A lui, toutes les conquêtes, tous les supports,  tous les espaces et toutes les explorations possibles. Il ne s’agissait pas de faire du beau, du bien, de l’émotion, mais , de la réflexion et de  l’expérimentation …

Sa devise : –  Pas de limite –

C’était  devenu de l’Art expérimental, pour le meilleur et pour le pire (le pire pour ma part, cela a toujours été de faire du trash, du toc , de la  provocation , de  nuire à autrui d’une manière ou d’une autre  en ne le respectant pas).

Je ne parlerais que du meilleur car, le pire, tout le monde sait le reconnaître et  le condamner  .

Le meilleur laisse à l’artiste une possibilité infinie d’expression.

Il est  en quelque sorte un « éveilleur » un magicien qui donne à voir et à réfléchir.

Il fait jaillir des questionnements….

Il doit mettre des mots sur sa démarche pour lui, mais aussi pour être lisible par le plus grand  public possible.

Ce qui fait la qualité d’un artiste, ce n’est pas sa valeur marchande basée sur quoi au juste ?  mais, la continuité dans sa recherche personnelle.

Ce qui m’a toujours paru indécent, c’est de voir la côte d’un artiste grimper après sa mort surtout quand, de sa vie, il n’a rien vendu.

Je pense à  Van goth et à sa pauvre vie.

Dans sa petite tombe d’Auvers sur Oise, il doit se retourner et il y en a d’autres .

Ma démarche personnelle est contenue dans le titre du site *verslecentre*Je suis sur le chemin. Je signe souvent avec ce dénominatif.

Je n’avance pas toujours à la même allure, parfois, je fais des pauses, parfois je fais un pas de côté mais, l’instant d’après je me ressaisis et je continue ma route.

Au travers de mes créations (peintures, écritures, photographies) je suis à la recherche, de la beauté, de l’essentiel,en me servant de la concentration et de la méditation.

Tout a une signification. Quand j’écris de la poésie, un mot évoque une image, une forme, une couleur, une saveur peut être un parfum, il faut lire le blanc  entre les lettres et aussi le blanc entre les mots …

En peinture, en ce moment je travaille beaucoup autour de formes circulaires, des mandalas, mais cela peut varier selon mon inspiration, le thème de ma démarche restant le même.

Quand je fais une série de photos sur un thème la photo raconte une histoire mais la frange de blanc entre deux instantanés est tout aussi importante parce qu’elle exprime la continuité entre les deux photos .

En ce qui me concerne, en photographie, J’aime photographier les fleurs car ce sont des objets de beauté et de méditation, chacune, par sa forme et sa couleur dégage une énergie particulière et apporte du bonheur à qui sait la regarder. j’aime  aussi saisir  l’instant présent quand il est dense avant qu’il ne s’évanouisse .  C’est un instant de grâce à partager tel quel.

J’aime aussi capter l’âme d’un lieu à travers les habitants bien sur, mais aussi à travers les signes  du passé en lien avec le présent qui racontent une histoire.

 

Verslecentre

 

 

 

Le soir arrive sur les berges du Tarn. Mandala de l’instant.

samedi, août 11th, 2012

Un extrait de mon roman « Un éternel soleil » publié aux éditions EDILIVRES avec le nom de plume Brigitte Gladys . Une partie de l’action se situe à Montauban .

Le soir arrive,

L’hirondelle pourpre vole haut dans le ciel,

Il fait doux,

Il flotte dans l’air des notes légères et parfumées,

Le soleil couchant tisse

des fils de soie et de lumière

qui dansent en scintillant sur la rivière.

Une nuit violette glisse tout doucement

son voile de danse orientale sur le jour…

Le temps a passé emportant avec lui le manteau gris de la mélancolie.

Je suis revenue vivre dans le pays où j’ai grandi.

Une barque blanche est amarrée le long des berges du Tarn.

On entend le clapotis de l’eau

et la brise dans les feuilles d’alba.

Les oiseaux sautillent gaiement de branche en branche en pépiant…

J’inspire profondément, fleurs de tilleul, parfum de miel.

Je suis heureuse et en paix avec moi-même. J’ai pardonné le mal que l’on m’a fait et je me suis pardonnée de lui avoir accordé autant de place…

Je suis en parfaite harmonie avec la nature, et me sens libre et unie au Tout, à la rivière, aux arbres, aux chants des oiseaux, à la brise, au soleil, aux étoiles qui arrivent une à une. Le Tout est en moi dans la continuité et dans l’éternité.

La divine illumination de mon premier amour a trouvé sa place dans mon espace sacré, pour un éternel printemps. Un jour,

après avoir tracé mon sillon sur la terre, je m’en irai le coeur léger, pour devenir une fenêtre ouverte sur le monde, une sentinelle du cosmos.

La France un beau pays, ma province, mon Occitanie…

lundi, août 6th, 2012

Le pont vieux, le pont neuf et puis à droite devant l’église, le musée Ingres.

Le Tarn coule  au pied de la ville de Montauban.

 

 

La France offre une multitude de paysages et de visages riches et merveilleux (forêt, plaines, bocages, montagnes, collines,vallées, rivières, lacs, mers….)que j’aime découvrir.

Cependant, passent les années, les mois, les jours,les heures, les minutes, les secondes, je garde toujours sur mon coeur écrit à l’encre violette, le nom de la ville où j’ai grandi et celui de ma province,  » mon Aquitanie ».

Même si, dans ses ruelles, plus personne ne me reconnaît, moi, je la reconnais et elle me reconnait aussi . J’y suis restée fidèle.

Chaque endroit garde intact le souvenir du glissement de mes pas d’enfant. Chaque mur murmure des secrets et me renvoie mes émotions, mon sourire d’autrefois, lumineux et  rempli de rêves, d’espace, d’espérance .

Je me souviens de la couleur vibrante et rose des toits, de la brise dans la robe des tilleuls, de l’eau verte et frissonnante du Tarn, du parfum des iris le long de ses rives, je me souviens..

Une mélodie à la harpe émouvante de John Thomas : l’adieu au pays natal du ménestrel.

Le lac des milles et un mandalas-soleils

mercredi, juillet 4th, 2012

Autre lieu autre lac, situé celui ci à 1000 mètres d’altitude.

L’air y est pur léger, transparent au parfum de miel et les berges sont parsemées de fleurs de pissenlit. On entend le zig-zig  incessant des grillons, c’est comme une douce musique. C’est un lieu de détente où on peut faire de multiple activités, méditer, pêcher, observer les oiseaux

Orchidée blanche décorée de mauve et insectes.

mercredi, juin 27th, 2012

Les insectes jouent le rôle de pollinisateurs. Les orchidées en sont dépendantes pour assurer leur pérennité . Pour les attirer, elles produisent au centre de leurs fleurs un nectar parfumé.

Couleurs et senteurs de la Provence au printemps. Respirez, ressentez et retrouver la paix de l’esprit.

mardi, avril 17th, 2012

La nature est une eternelle source d’émerveillement et d’apaisement pour celui qui sait l’approcher et la contempler.

Il n’est pas necessaire de s’adonner à une grande méditation . Il suffit d’une petite marche en conscience dans la nature et de se ménager certains moments de contemplation. Cela permet d’évacuer des images négatives, des pensées persistantes qui vous polluent votre existence.

Comment faire ?

C’est simple, choisissez un endroit agréable, la nature est  belle en toute saison mais au printemps elle vibre encore plus pour moi et peut être pour vous aussi.

Trouvez une position agréable, debout ou bien assis, regarder autour de vous et choisissez un objet à contempler, une fleur, une herbe, un arbre….

Regardez bien l’objet, son contour, sa matière, ses couleurs, ses formes, ressentez son parfum si c’est une fleur. Considerez chaque détail les uns après les autres. Vous vous apercevrez que la petite bicyclette qui tournait dans votre tête n’est plus là, elle a fait place à la paix à la détente et au bonheur d’être present dans ce merveilleux environnement .

La contemplation peut durer aussi longtemps que vous le souhaitez.

Sur mon chemin j’ai rencontré de merveilleuse petites fleurs en forme de mandala étoilé bleu-lavande. Paradis de l’instant .

-bonheur-

-Mandala de fleurs et bougie- – Bonheur-

lundi, septembre 26th, 2011

Bonheur parfait,

Mandala de fleurs,

Parfum   de lys,

Parfum de rose ,

Une bougie vieille,

Lumière tamisée,

Dîner au bord du lac,

Dans le ciel s’éveillent

le coeur des étoiles.