Posts Tagged ‘passé’

Plovdiv et ses vestiges ****

lundi, mai 30th, 2016

En 2019 Plovdiv sera la capitale Européenne de la culture.

Bulgarie mai 2016 268

 

C’est la deuxième plus grande ville après Sofia. Son projet culturel l’a emporté devant les autres villes qui se sont présentées. Du point vue histoire, elle est très riche.  Elle foisonne de  vestiges des diverses époques qu’elle a traversées. Ils  fournissent de précieuses indications … On peut toucher le passé du doigt mais, il est passé comme nous nous passerons….

C’est la plus ancienne ville d’Europe encore habitée. Ses origines remontent à 4000 ans avant J C. Les premiers habitants connus furent les Thraces dont un tombeau datant de 8000 ans avant J C a été retrouvé dans le Sud de la Bulgarie. Ils furent sans doute  séduits par l’emplacement exceptionnel du lieu et s’installèrent sur les hauteurs des collines,  dominant ainsi une plaine  florissante avec une rivière. Ils  y bâtirent un village fortifié qui se nommait :  Eumolpias

Bulgarie mai 2016 261

S’asseoir, prendre son temps, regarder, écouter des musiques anciennes….

Bulgarie mai 2016 264

En 342 avant J C elle fut conquise par Philippe II de Macédoine qui renomma la ville en PHILIPPOPOLIS

Bulgarie mai 2016 193

Bulgarie mai 2016 194

Plus tard elle redevient indépendante puis fut intégré à l’empire romain. Elle fut alors a nommée Trimontium (ville des trois collines). Elle devint capitale de la province de Thrace.

Plovdiv bis 002

Voici l’emplacement de Plovdiv.

Dans l’empire romain, la ville fut un carrefour très important. La via Militaris , c’est à dire la plus grande route militaire de la péninsule des Balkans la traversait. Les trois collines dominantes étaient habitées , de nombreuses ruines sont encore visibles. Je suis sure que cette vielle  ville n’a pas encore raconté ou murmuré la totalité de son histoire.

Bulgarie mai 2016 311

Bulgarie mai 2016 289    Bulgarie mai 2016 318

Les vestiges du théâtre construit sous le règne de l’empereur romain sont grandioses et impressionnants.

Bulgarie mai 2016 209

Le passé et le présent dialoguent.

Bulgarie mai 2016 257       Bulgarie mai 2016 284

Les pavés gris sont également bien présents dans toute la vieille ville je pense qu’ils sont là depuis l’antiquité. Le chat rayé vous le confirmera. Attention mesdames ! pour visiter la vieille ville, il vaut mieux avoir des souliers plats et puis, c’est plutôt sportif, surtout si on a un bébé dans les bras.

Bulgarie mai 2016 236     Bulgarie mai 2016 203

 

 

 

Traces du temps passé

lundi, novembre 10th, 2014

La ciotat décembre 2012 093Suite..des mots en promenades et des images aussi…

La ciotat décembre 2012 130

Le cinéma à la Ciotat

En 1895 se déroule la première projection cinématographique  privée organisée par les frères lumières à L’Eden.

_L’arrivée d’un train à La Ciotat

L’Eden cinéma sera inauguré le 16 Juin 1899. La ville de la Ciotat peut s’enorgueillir d’avoir la plus ancienne salle de cinéma au monde.

P1120194 (3)

La totalité de l’édifice a été restauré et inauguré en 2013 dans le cadre Marseille Provence capitale Européenne de la culture.

Eden cinéma 002

 

Eden cinéma 006Aujourd’hui, il est flambant neuf****

Suite : mots en promenade …..

samedi, octobre 4th, 2014

Mots tressés, mots murmurés, susurrés, mots gravés sur un mur qui se souviens du temps des amours pour toujours . Mots suspendus dans les airs en promenade le long de la mer. Le passé en lien avec le présent.

Avril week-end de soleil 024

Mise à jour

mardi, septembre 30th, 2014

Aujourd’hui, il pleut et il fait gris, le temps idéal pour écrire.

En faisant du rangement j’ai retrouvé un petit article  rédigé avant le déménagement  ainsi qu’une série de photos que je souhaite vous faire découvrir.

Titre : Etats des lieuxLa ciotat décembre 2012 157

La Ciotat est une station balnéaire située au bord de la  mer Méditerranée, à 31 km de Marseille.

Elle a une riche histoire dans la construction navale.

La ciotat décembre 2012 032

 

Avril week-end de soleil 181

 

Avril week-end de soleil 121

 

La ciotat décembre 2012 034Chaque objet bien qu’usé par le temps, chaque construction, chaque mur nous parlent d’un glorieux passé d’une ville côtière dont de gros  bateaux se construisaient tout près des logements des ouvriers . Ils habitaient dans les petites ruelles donnant sur le port.

P1120227

 

Demain la suite….

 

Mucem : une passerelle entre le passé et le présent.

mardi, septembre 17th, 2013

Mucem 011Passerelle reliant le Mucem et le Fort Saint Jean, architecture du passé en lien avec une architecture du présent.

Un jour peut être elle sera prolongée et servira de pont entre les deux rives du port.

Elle  ne remplacera pas le pont transbordeur mais, elle sera bien  ancrée dans le style de notre époque, un prolongement de ce souvenir en quelque sorte …

De l’Art Contemporain ….

samedi, février 23rd, 2013

Verslecentre

Je me souviens, enfant, je dessinais et je peignais mais, dans ma famille de base, ce n’était pas du tout bien accueilli.

L’art, cela ne servait à rien et ne valait  rien, pire aimer peindre et dessiner ce n’était pas un plus, mais un moins, non, ce n’était pas bien et par extension, je n’étais pas bien.

Je n’étais pas conforme et de ce fait dévalorisée.

Donc l’idée de faire une carrière artistique était difficilement envisageable.

Après avoir passé un bac sciences expérimentales je suis partie, j’ai largué les amarres. Je suis  allée vivre à Londres et j’ai vu le monde sous un angle différent.

Par chance, pendant un an, j’ai vécu dans une famille qui aimait les Arts.

Ma logeuse était une ex- ballerine du royal opéra . C’était une femme charmante, cultivée qui m’a fait connaître, pour mon plus grand bonheur, les endroits qu’elle fréquentait .

J’ai découvert admirative  Nicolas Schöffer  et ses interventions lumineuses sur la ville.   Il avait déjà tout un questionnement sur  l’art relié à notre époque ?L’avant garde présentait déjà des installations.

Je fréquentais assidûment tous les musées.

Plus tard quand je suis revenue en France, petit à petit, l’idée de faire des études d’Arts a germé.

J’ai passé un premier concours pour intégrer l’Ecole des Beaux Arts de Montpellier. Je l’ai réussi. Après un an d’étude j’ai tenté le concours d’entrée à l’école des Beaux Arts de Paris que j’ai réussi.

Tout en continuant le cursus des Beaux Arts ma curiosité m’a poussée à suivre des cours d’Arts Plastiques à la Sorbonne.

Quand je suivais les cours d’Arts Plastiques, il était préférable de ne pas dire que je suivais parallèlement les cours des Beaux Arts et vice versa.

En Arts Plastiques, il n’était pas nécessaire de savoir bien dessiner mais il était nécessaire de philosopher. Les mots, les concepts étaient primordiaux.

Aux Beaux Arts, j’ai expérimenté  toutes les techniques de la peinture pour dégager mon propre style, cela me plaisait formidablement .

J’ai également étudié son histoire et quoi faire avec  ….

En ce qui me concerne j’ai appris beaucoup des deux enseignements et je n’en renie aucun. J’ai toujours été quelqu’un d’atypique . Il est difficile de me classer et de me mettre dans une petite case.

La vie de bohème étant ce qu’elle était, j’ai commencé a enseigner …

On m’appelait alors Mademoiselle La Professeur de dessin.

Très vite le monde artistique a évolué  on m’a  donné du Madame La Professeur d’Arts Plastiques.

Le terme d’Arts Plastiques parfois Nommés « Arts visuels » dans certains départements de France viendrait de la  traduction d’un texte du philosophe Kant. Il englobe  toutes les activités esthétiques ou poétiques au travers de productions diverses, qu’elles soient à plat ou bien en volume.

L’Art contemporain était sorti du cadre étroit de la feuille de dessin ou bien de la toile. A lui, toutes les conquêtes, tous les supports,  tous les espaces et toutes les explorations possibles. Il ne s’agissait pas de faire du beau, du bien, de l’émotion, mais , de la réflexion et de  l’expérimentation …

Sa devise : –  Pas de limite –

C’était  devenu de l’Art expérimental, pour le meilleur et pour le pire (le pire pour ma part, cela a toujours été de faire du trash, du toc , de la  provocation , de  nuire à autrui d’une manière ou d’une autre  en ne le respectant pas).

Je ne parlerais que du meilleur car, le pire, tout le monde sait le reconnaître et  le condamner  .

Le meilleur laisse à l’artiste une possibilité infinie d’expression.

Il est  en quelque sorte un « éveilleur » un magicien qui donne à voir et à réfléchir.

Il fait jaillir des questionnements….

Il doit mettre des mots sur sa démarche pour lui, mais aussi pour être lisible par le plus grand  public possible.

Ce qui fait la qualité d’un artiste, ce n’est pas sa valeur marchande basée sur quoi au juste ?  mais, la continuité dans sa recherche personnelle.

Ce qui m’a toujours paru indécent, c’est de voir la côte d’un artiste grimper après sa mort surtout quand, de sa vie, il n’a rien vendu.

Je pense à  Van goth et à sa pauvre vie.

Dans sa petite tombe d’Auvers sur Oise, il doit se retourner et il y en a d’autres .

Ma démarche personnelle est contenue dans le titre du site *verslecentre*Je suis sur le chemin. Je signe souvent avec ce dénominatif.

Je n’avance pas toujours à la même allure, parfois, je fais des pauses, parfois je fais un pas de côté mais, l’instant d’après je me ressaisis et je continue ma route.

Au travers de mes créations (peintures, écritures, photographies) je suis à la recherche, de la beauté, de l’essentiel,en me servant de la concentration et de la méditation.

Tout a une signification. Quand j’écris de la poésie, un mot évoque une image, une forme, une couleur, une saveur peut être un parfum, il faut lire le blanc  entre les lettres et aussi le blanc entre les mots …

En peinture, en ce moment je travaille beaucoup autour de formes circulaires, des mandalas, mais cela peut varier selon mon inspiration, le thème de ma démarche restant le même.

Quand je fais une série de photos sur un thème la photo raconte une histoire mais la frange de blanc entre deux instantanés est tout aussi importante parce qu’elle exprime la continuité entre les deux photos .

En ce qui me concerne, en photographie, J’aime photographier les fleurs car ce sont des objets de beauté et de méditation, chacune, par sa forme et sa couleur dégage une énergie particulière et apporte du bonheur à qui sait la regarder. j’aime  aussi saisir  l’instant présent quand il est dense avant qu’il ne s’évanouisse .  C’est un instant de grâce à partager tel quel.

J’aime aussi capter l’âme d’un lieu à travers les habitants bien sur, mais aussi à travers les signes  du passé en lien avec le présent qui racontent une histoire.

 

Verslecentre

 

 

 

Roman : Un éternel soleil de Brigitte Gladys

jeudi, mars 15th, 2012

Résumé :

Un accident  de la route terrible sur la nationale qui brise tout sur son passage. Lucile l’héroïne est très grièvement blessée, ses enfants aussi. Quand elle se réveille à l’hôpital   sa mémoire est défaillante, le passé et le présent se confondent…

A plat dos, immobilisée par une douleur immense qui lui arrache la vie… Quels sont les éléments qui l’ont poussée à survivre ? Comment arrive-ton à se remettre d’un tel drame. Où puise -t-on   la force de surmonter la souffrance et l’épreuve qui va bouleverser et changer le cours de l’ existence à jamais ? Autant de question soulevées par cet ouvrage inspiré par une douloureuse expérience de vie.

Vous trouverez plus d’informations  dans l’article que j’ai écrit le 28 juillet 2011 sur ce site.

La France détient un triste record au classement mondial des accidents de la route. Elle se classe troisième . Il y-a beaucoup de morts bien sur, mais aussi beaucoup de personnes qui, tout comme moi, survivent avec un handicap à vie.

Je serai présente au salon du livre de Paris. Je dédicacerai mon ouvrage dimanche 18 mars de 10heures à 13 heures stand Edilivre : E 69

 

 

Marseille riche de toute son histoire qui fait son identité.

vendredi, janvier 27th, 2012

A périr tout entier, à quoi servirait-il de naître ?

La stèle du poète Victor Gélu se situe  au bout du port de Marseille : Quai de la fraternité

L’histoire de Marseille fait son identité culturelle, rien ne s’est perdu, tout se continue…

Le musée d’histoire  de la ville de Marseille (situé au centre bourse) raconte et montre la richesse de son passé .

Dans le Sud c’est toujours l’été. Sur mon chemin, mandala-soleil des fleurs.

dimanche, octobre 16th, 2011

Mandala solaire des fleurs de gazania pourpres au coeur d’or. Absolument magnifique. Bonheur de jadis en lien avec le présent et le futur.

Le présent contient le passé et le futur.

Vivre dans l’instant qui contient le passé, le présent et le futur. Amor maya.

vendredi, février 11th, 2011

amor-maya-001.JPG