Posts Tagged ‘terre’

La convention citoyenne sur le climat

mardi, juin 23rd, 2020
Après neuf mois de travail de travail déterminé et acharné, nous, les 150 de la convention citoyenne pour le climat , avons rendu notre rapport.
C’est un exercice inédit dans notre pays qui a une tradition révolutionnaire et un passé de coupeurs de tête ( Le roi Louis 16 est mort guillotiné)
Notre but : lutter contre le réchauffement climatique en construisant un avenir meilleur et possible pour tous . Nous devons réduire la production du gaz à effet de serre.
Notre devise : Plus vite, plus haut, plus fort !
Nous voulons une France qui respecte la planète, plus juste plus solidaire et plus résiliente. Nous voulons un monde chargé d’espoir où le meilleur reste à venir.

Ayez tous les jours sous les yeux la puissance de la cité (Périclès)
Nous sommes le peuple, nous avons été tirés au sort et , oui, nous sommes légitimes
contrairement à ce que disent nos détracteurs.

Nous n’appartenons pas forcement à un parti politique mais sensibles à l’avenir de notre belle planète , nous le sommes tous . Nous n’étions pas obligés de participer à ce travail . Nous avons choisi de le faire et de donner de notre temps pour cette cause.
Nous ne sommes pas des politiques car les élections politiques sont aussi conditionnées par l’argent que l’on y investi et nous ne sommes pas forcement riches, nous sommes des femmes des hommes d’âge et d’univers différents, nous sommes du peuple.
Beaucoup des 150 citoyens sont déjà très engagés sur le terrain dans leur région et ils ont des compétences certaines sur la protection de l’environnement . Leur action dans ce sens est quotidienne ne serait ce qu’au sein de leur famille.
Les thèmes abordés dans cette convention (consommer, se loger, se nourrir, produire et travailler, se déplacer ) touchent tout le monde.
Nous appartenons au peuple et le peuple à le droit de s’exprimer d’une manière directe.
Cette convention dérange parce qu’elle est nouvelle. Le droit de vote des Femmes en France a été bien tardif et c’est le résultat d’une longue lutte. la loi de Simone Weil en ce qui concerne le droit à l’avortement est passé de justesse sous une avalanche de critiques des conservateurs.
Il y a dix ans, le télétravail semblait impossible, aujourd’hui avec l’arrivée du covid il est bien accueilli. Qui aurait cru cela ?
La convention citoyenne a sa place dans la cité à tous les niveaux. Le maire devrait s’appuyer sur une assemblée citoyenne différente en plus des élus locaux pour diriger sa ville.
Cette convention qui suscite tant de craintes et de commentaires est le chemin qui s’ouvre à nous pour demain et que nous devons emprunter.
J’ai du cristalliser bien involontairement, pendant ces neufs mois, des peurs, des violences et de sombres jalousies.
J’ai eu le bras cassé (le radius) avec 8 semaines d’immobilisation et impossibilité de conduire A peine guérie, ma voiture a brûlé avec deux autres dans un incendie criminel. A ce jour, je n’ai toujours pas de voiture (j’ai pu m’apercevoir que le réseau de transport parallèle est loin d’être bien servi). Et pour terminer la série noire ma minette que j’adorais est morte d’une fulgurante tumeur maligne à la mâchoire. A croire que mes adversaires ont cherché à me mettre volontairement des bâtons dans les roues pour que je ne participe pas à cette convention..
Cela a été aussi une période difficile (Grève, covid) J’ai du fournir un travail sérieux et énorme, me former aussi pour être au top .
Moi aussi au début je me suis demandée si j’allais être à la hauteur de la tâche demandée. Nous avons eu la chance d’avoir beaucoup d’experts spécialisés dans ce domaine qui nous ont et qui m’ont apporté leur soutien et leur compétence. Mon groupe se nomme « produire et travailler » . je crois à l’intelligence du groupe. Il y a des personnes du groupe particulièrement compétentes en matière d’économie qui ont vraiment fait avancer les choses

J’ai du essuyer des remarques cinglantes et mesquines :
-Tu nous coûtes cher !
Nous travaillons sur la base du volontariat, c’est une participation citoyenne et des centaines d’heures ne sont pas comptabilisées .
Nous avons des petites indemnités pour quelques weekends sur la base d’un juré d’assise et pas double parce que nous travaillons le dimanche…Et la moitié quand nous travaillons en vidéo conférence.
J’ai été amenée a travailler avec zoom, un outil de travail très intéressant quand on est à distance.
Je souhaiterais qu’au lieu de faire des critiques sans fondement ces dénigreurs apportent leurs solutions éclairées (un rapport d’environ 600 pages) pour agir sur le réchauffement climatique qu’il le mette sur la table et ceci tout de suite, tout le reste c’est de la bave de crapaud, du temps perdu, « un beau dommage » car le temps presse..
Heureusement il y a des personnes qui nous soutiennent depuis le début, notre président qui a voulu cette convention, Yan Arthus-Bertrand, Marion Cotillard, Ronan de La Croix…. Nicolas Hulot fait parti de celles là…

Nicolas Hulot, président d’honneur de la Fondation pour la nature et l’homme, a « salué un très bel exemple d’intelligence collective et un impressionnant travail cohérent de véritable démocratie inclusive. Ce peut être un premier levier pour amorcer la mutation écologique tant attendue. Il y a, pour le gouvernement, une opportunité à saisir pour sortir du cercle de la défiance »


Mon souhait serait que cette convention citoyenne aboutisse et qu’elle soit le début d’un monde plus vrai , plus respectueux de la planète et que d’autres pays emboîtent le pas. Je souhaite que de nouvelles conventions citoyennes, sur d’autres thèmes, avec d’autres citoyens se tiennent au Palais Iéna siège du CESE .

Je souhaite que d’une manière ou d’une autre le crime d’écocide soit reconnu et puni . Je souhaite que le climat et la préservation de notre bien commun, la terre, entre dans la constitution.

Je remercie toutes les belles personnes engagées que j’ai rencontré lors de cette convention. Elles ont un coeur immense. Elles sont merveilleuses.

Une des mesures phare sur laquelle j’ai travaillé et que j’aime beaucoup .

Tout le monde peut la pratiquer sans rien dépenser, c’est le recyclage et le tri des ordures car les ordures sont un réservoir d’or durable.

-En recyclant une tonne de verre j’économise : 700 kg de sable, 2 mois de consommation énergétique d’un habitant, la consommation d’eau d’un habitant en 8 jours.

-En recyclant une tonne d’aluminium j’économise : 2 tonnes de bauxite et 1 an de consommation énergétique d’un habitant .

-En recyclant 1 tonne de PET (plastique) J’économise : 1 an de consommation énergétique de 2 habitants et la consommation d’eau d’un habitant en deux mois.

-En recyclant 1 tonne de métal j’économise 1 tonne de minerai de fer, 0,5 tonnes coke(combustible) et 6 mois de consommation d’eau par habitant.

-En recyclant 1 tonne de papier j économise : entre 1,5 et 2,5 tonnes de bois, la consommation énergétique d’un habitant en un an et la consommation d’eau d’un habitant en 6 mois.

Alors trions les déchets, c’est de l’or qui dort dans nos poubelles et en même temps, nous limitons l’empreinte carbone et nous luttons contre le réchauffement climatique.

Quelques uns parmi les 150 photographiés par JR

Journée internationale de l’environnement

vendredi, juin 5th, 2020

Devant tant de beauté

Genoux à terre

-Respect et hommage-

Aux petites fleurs sauvages

Aux petites fleurs des collines

Aux petites fleurs de la terre

Aux petites fleurs des près

Aux petites fleurs des rochers

Devant tant de diversité

Genoux à terre

-Respect et hommage –

Aux suaves stellaires

Aux étoiles d’or de la ficaire

Aux rouges et fiers coquelicots

Aux bleuets bleu-indigo

Aux cabarets des oiseaux

Aux gerbes d’or et leurs ballets

Aux sabots de la belle mariée

Aux pantoufles du petits jésus

Qui font la fête ::::::

Aux joyeuses pâquerettes

Aux délicieuses pervenches

Aux camomilles blanches

Aux facétieuses balsamines

Qui pètent ::::::

Aux brunelles violettes

Aux grandes mauves

Aux délicates cardamines

Aux déhiscentes balsamines

Aux gracieuses centaurées

Aux célestes myosotis

Aux brillants millepertuis

Aux fleurs d’harmonie

et au paisible bonheur

Devant tant de splendeur

Genoux à terre

-Respect et hommage-

Aux petites fleurs sauvages

Brigitte Gladys

Cette journée de l’environnement est un appel à passer à l’action pour lutter contre la perte accélérée d’espèces et la dégradations du monde naturel.

Chaque année un million d’espèces végétales ou animales (laissons ce petit pangolin vivre sa vie !) sont menacées d’extinction. Ceci en grande partie à cause des activités humaines : déforestation, production de gaz à effet de serre et réchauffement climatique qui va avec…

Chacun de nous à un rôle à jouer et il n’y a pas de petit rôle pour défendre l’environnement.

J’ai eu beaucoup de spams pour cette page . Serait ce parceque je parlais du petit pangolin qui navigue d’un blog à l’autre…

Le pangolin

On a beau être un pangolin
Et ressembler à s’y méprendre
A un tas de pommes de pin;
On a quand même le coeur tendre.

On a beau faire, quand on marche,
Un cliquetis de castagnettes;
On a de l’amour plein la tête
Et des douceurs de patriarche.

On n’a – quand on est pangolin –
Ni la grâce ocellée du paon
Ni la souplesse du félin.Mais on vit entre bons voisins,
Oublié, mais toujours content,
Dans le blanc silence africain.

(Maurice Carême)



La terre

vendredi, octobre 18th, 2019

La terre nous porte, nous supporte.

La terre ne nous appartient pas

Nous appartenons à la terre.

Un étang préservé, un étang caché dont je tairai le nom.

Mes vœux pour 2019 étaient les suivants :

Publié le 2 janvier 2019

Moi, citoyenne du monde, je souhaite une  bonne année à la terre et une bonne santé à la terre. Si la terre va bien, c’est aussi une bonne santé pour nous tous.

J’aimerais que cette terre, notre terre qui a été particulièrement malmenée ces cinquante dernières années soit davantage respectée. Elle est en colère et, au travers d’ouragans, d’inondations de désastres multiples, elle nous le fait savoir.

Si l’homme a été capable d’inventer toutes sortes de machines pour son profit personnel, sans avoir du recul et en connaître les conséquences de ses actes, il est tout à fait capable maintenant qu’il est informé, qu’il est conscient de son impact négatif, il est tout à fait capable de diminuer, voire de stopper ses nuisances.

Il peut faire preuve d’inventivité, trouver des solutions pour inverser la tendance. Ainsi la planète ira mieux, elle sera moins agressée et moins polluée. Il y aura une place pour les générations futures.

Si les dirigeants de tous les pays du monde s’entourent de sages, de savants, de chercheurs toutes disciplines confondues et de citoyens du monde, on peut rectifier le tir. On peut changer la donne.

Ensuite, j’en suis convaincue, l’éducation des enfants peut sauver le monde. on doit apprendre l’amour de la terre.

Ils sont tout naturellement tournés vers la nature et les animaux. Ce serait donc une joie pour eux et non une punition que de travailler sur ce thème.

Monsieur le ministre de l’éducation nationale, nous avons une discipline bien désuète qui se nomme Sciences et vie de la terre- Moi même ayant fait un bac sciences naturelles – Les études m’ont appris à observer les plantes d’une manière scientifique mais pas avec amour. Celui qui m’a appris l’amour de la nature c’est mon père qui était agriculteur . Il travaillait la terre d’une manière respectueuse.

Aujourd’hui, vu l’urgence climatique, si on veut que cette belle terre ait un avenir, il faut inculquer à chaque enfant une conscience écologique et un amour de la terre qui nous accueille. Sans elle, nous sommes rien.

Aujourd’hui, nous devons rajouter une discipline. Elle pourrait s’appeler :

Sciences et survie de la terre.

Elle devrait commencer dès le plus jeune âge jusqu’à l’université et plus…. Les travaux pratiques sur le terrain  (semis, plantation, récolte…) seront la clef du succès.

Ces activées développeront une conscience écologique collective, l’action juste, et un amour sain de notre planète.

Si chacun fait sa part, si chacun fait un geste, notre belle terre sera sauvée, non par la force mais par la sensibilisation et la bonne volonté de tout un chacun.

Le hasard a fait et bien fait. J’ai été tirée au sort pour participer à la convention citoyenne pour le climat . Elle se déroule à Paris au Palais Iena et j’en attend beaucoup.

Mes vœux pour 2019

mercredi, janvier 2nd, 2019

Moi, citoyenne du monde, je souhaite une bonne année et une bonne santé à la terre. Si la terre va bien, c’est aussi une bonne année pour nous tous.

J’aimerais que cette terre , notre terre qui a été particulièrement malmenée ces cinquante dernières années soit davantage respectée. Elle est en colère et, au travers d’ouragans, d’inondations et désastres multiples, elle nous le fait savoir.

Si l’homme a été capable d’inventer toutes sortes de machines et d’industries pour son profit personnel, sans avoir du recul et connaître les conséquences de ses actes, il est tout à fait capable, maintenant qu’il est informé, qu’il est conscient de son impact négatif, il est tout à fait capable de diminuer, voire de stopper les nuisances qu’il a causées.

Il peut faire preuve d’inventivité, trouver des solutions pour inverser la tendance. Ainsi la planète ira mieux, elle sera moins agressée et moins polluée.

Si les dirigeants de tous les pays du monde s’entourent de sages, de savants, de chercheurs (toutes disciplines confondues), on peut rectifier le tir, on peut changer la donne.

Ensuite, j’en suis convaincue, l’éducation des enfants peut sauver le monde.

Ils sont naturellement tournés vers la nature et les animaux. Ce serait donc une joie pour eux et non une punition que de travailler sur ce thème.

Nous avons une discipline qui se nomme sciences et vie de la terre, aujourd’hui, nous devons rajouter une autre discipline encore plus importante « sciences et survie de la terre » et ceci, dès le plus jeune âge jusqu’à l’université et plus…Les travaux pratiques sur le terrain seront la clef du succès. Cette activité doit développer une conscience collective, l’action juste et un amour sain de notre planète.

 Un exemple de travail tout simple qui a du mal à décoller : Le tri sélectif

 Il existe depuis au moins 100 ans, pourtant certaines municipalités rechignent à la tâche et le dispositif n’est pas mis en place. Donc il n’y a pas de tri sélectif, pour réduire les déchets et les valoriser. C’est pourtant un bon projet.

Si chacun fait sa part, si chacun fait un petit geste, notre belle terre est sauvée,  non pas par la force, mais par la sensibilisation et la bonne volonté de tout un chacun.

Assise sur les épaules de mes ancêtres, j’aimerais découvrir au loin une planète où les papillons volettent où les oiseaux chantent et où les fleurs  abondent dans les prairies. J’aimerais trouver dans les haies, les petites pommes rondes et rouges et celles dites « museau de lièvre » de mon enfance. Ce sont des variétés de pommes anciennes délicieuses. Elles ne sont pas grosses, mais, elles ont traversé les siècles sans aucun sulfatage. Ce qui n’est pas moindre.  Pour faire évoluer les choses, il faut revenir à des espèces anciennes des espèces non modifiées génétiquement.

J’aimerais voir une mer scintillante et saine  dont le bleu se confond avec le bleu du ciel.

Je souhaite une très bonne et douce année 2019 à la terre.

Brigitte Gladys

*A fleur de pierre*

mercredi, novembre 28th, 2018

 Jardin de fleurs de légumes et d’arbres fruitiers où les oiseaux viennent chanter. 

3- Enfin le dernier et non le moindre : Un jardin associatif citoyen et exemplaire .

Il est très accueillant…C’est mon coup de cœur.

Il se trouve dans le vallon des eaux chaudes. C’est un espace solidaire  écologique et pédagogique fait d’une multitude de petites parcelles-jardins cultivées par des Dignois qui aiment et respectent la terre.

J’apprécie tout particulièrement l’esprit de cette association qui nous offre ce coin de terre cultivé d’une belle manière. Elle nous donne à voir un jardin multiple qui a du sens . Un lieu de rencontre de partage et de socialisation.

Les nombreux panneaux ludiques et éducatifs nous sensibilisent et nous informent tout en nous rendant responsables.

Cette belle initiative est à reprendre sans modération, elle peut mener à des P.A.E (des projets d’action pédagogiques) avec les écoles de la région sur le thème  de : ( la protection de l’environnement, la flore, la faune, la biodiversité ….)

Refuge LPO pas encore ?…. Ces jardins offrent tous les critères pour l’être ? Alors à demain peut être…..

Le 3 décembre 2018

En regard des récents événements qui chamboulent la France, j’apporte mon témoignage.

Quand j’étais enfant, il y avait encore des coquelicots, des bleuets, des glaïeuls sauvages dans les champs.

Le remembrement qui a supprimé (haies, ruisselets…) au profit de l’agriculture extensive (produire plus pour gagner plus et dépenser plus et c’est sans fin…) n’avait pas encore eu lieu. J’allais  à l’école à bicyclette comme tous les enfants du voisinage.  Le vélo était déposé devant l’école, c’était un vélo simple, le mien était d’occasion. Quand on sortait de classes, les vélos étaient toujours là, aucun n’avait été volé.  Je faisais 12 kms par jour car, à midi je revenais manger à la maison. Qu’il pleuve qu’il vente où qu’il gèle, j’allais à l’école. Le seul moment où je n’allais pas à l’école, c’était au printemps, au moment de la fonte des neiges dans les Pyrénées. Tous les ans à cette époque la rivière débordait et l’école était de l’autre côté. Les anciens avaient été assez sages en construisant la maison à plus de 400 mètres de ses berges. Ils avaient bien calculé, l’eau s’approchait mais, n’atteignait jamais la construction.

Mais où est donc passé cette sagesse ?

Aujourd’hui, les enfants prennent rarement le vélo pour aller à l’école et ils marchent de moins en moins, les parents les amènent souvent à l’école en voiture et ceci tous les jours. il y a parfois 3 voitures par foyer. La voiture c’est utile, c’est la facilité aussi, mais, 3 voitures par foyer c’est trop. Une voiture, cela pollue et cela consomme aussi.

La question que l’on doit se poser c’est : Comment en sommes nous venus là ? A qui la faute ?

Cette évolution s’est passée sur les cinquante dernières années. Le soit disant progrès c’est quoi ?

Mon père aimait la terre, il la cultivait avec respect. Bien que je déteste les étiquettes, je dirais qu’il cultivait bio avant l’heure. Ce qu’il cultivait c’était sain et bon à manger.

Je trouve cela navrant que l’on soit obligé d’acheter avec le label bio et plus cher pour bien manger et le reste alors, c’est de la nourriture pour les pauvres et les cochons ? Tout devait être cultivé de la bonne manière sans pesticide, avec des engrais naturels et sans OGM….

Bien qu’ayant fait des études, je n’ai pas l’impression de vivre mieux que mes parents, tout est devenu très cher et c’est une escalade sans fin…

La photo est actuelle, le remembrement a eu lieu. Mon père lui, faisait de la polyculture et non de la monoculture comme le nouveau propriétaire qui axe son exploitation sur le rendement optimal de maïs. Comme vous pouvez le constater, il n’y a plus de haies et les petites fleurs des champs ont disparu, Quant aux oiseaux ….. ?

A peu près au même endroit, mon frère préféré Edouard dans le champs de Tabac,au loin , la maison.

   

Mon frère Edouard (aujourd’hui disparu)  sa chienne et moi même avec mon chat devant le potager, derrière la porte en bois.  Légumes et fleurs étaient mélangés.

   

Devant la très haute gerbière juste avant le dépiquage

Grand-mère : Nonna  Eufemia

Dans ces campagnes, il y avait le sens de l’entraide. Pour les moissons, le dépiquage, les vendanges et la mise en manoques du tabac ( eh oui ! A l’époque, l’état incitait les agriculteurs à cultiver du tabac) On allait à tour de rôle chez les uns et les autres donner un coup de main. Les pompiers étaient tous des volontaires ( le garagiste, le restaurateur, mon père parfois avec son tracteur pour dégager un véhicule). On se connaissait, on se soutenait.

Quand je suis née, mon père a pris ses parents en charge, ils n’avaient pas de retraite. C’est ainsi que mes grands parents se sont occupés de moi.

Nous sommes tous des enfants de la terre et nous devons la cultiver avec amour et respect comme si c’était un grand jardin et tout le reste doit être rapidement  repensé pour que notre planète continue à exister, car, pour l’instant il n’y en a pas de rechange.

Il n’y a pas que les voitures au diesel qui polluent, que pensez des avions et de ces bateaux de croisière méchamment « dieselivores » qui continuent à turbiner même à l’arrêt dans un port ?

Monde de merveilles

mercredi, novembre 7th, 2018

Le Géoparc de Haute-Provence est le point de départ des autres Géoparcs dans le monde. Il a servi de modèle à 120 Géoparcs répartis un peu partout sur la planète. Labellisé par l’UNESCO, le réseau mondial des Géoparcs rassemble des territoires en valorisant différents patrimoines : géologique, naturel, matériel, et immatériel au service du développement économique durable.

Le Géoparc de Haute Provence s’étend sur 60 communes du département, c’est dire qu’il est vaste. Il est composé de magnifiques sites naturels qui invitent à voyager à travers le temps en découvrant plus de 300 millions d’années d’histoire de la terre

 Les clues ou cluses de Barles 

A peine sorti de la ville de Dignes les bains, la montagne grimpe très vite et, parfois, d’une manière  impressionnante et spectaculaire. Nous sommes alors en présence de paysages à couper le souffle.

    

 

En direction du col de Pierre Basse on peut observer de nombreuses robines.

les robines

Pentes ravinée composées d’austères marnes noires provenant de la période où la mer recouvrait cet espace. Ce sont des roches sédimentaires datant du secondaire. Il n’est pas rare d’y trouver des fossiles (ammonites….)

 

 

Du côté de Dignes les bains….

jeudi, octobre 25th, 2018

Mes pauvres articulations me faisant souffrir, en hâte, j’ai cherché une station thermale qui pourrait m’accueillir.  La station thermale de Dignes les bains pouvait me prendre rapidement, celle ci en valant une autre…

C’est ainsi que je mets à l’honneur cette ville et ce merveilleux coin de France que je ne connaissais pas.

   

Dignes les bains se situe à environ 6OOm d’altitude suivant l’emplacement.

 

la rivière Bléone entrant dans la ville.

Ce territoire possède une très grande biodiversité autant animale que végétale et une extraordinaire richesse géologique (il est protégé par l’UNESCO)

Il nous parle  des mémoires profonde notre terre. Ici, nous sommes au cœur de son histoire.

Nous sommes liés à la terre qui est le lien en chacun de nous, nous sommes son passé, nous somme son présent, nous sommes son futur.

Comme un vieil arbre garde en son tronc des cercles de croissance qui nous renseignent sur  son âge, la terre conserve la mémoire de son passé inscrit dans ses profondeurs et sur sa surface, dans les plis du paysage, dans les roches et les fossiles .

Nous sommes les témoins et nous sommes les gardiens de la terre.

Témoins de la biodiversité

vendredi, octobre 19th, 2018

Nous sommes

Nous sommes les témoins choisis

Nous sommes les témoins de la vie

Nous sommes les témoins de la terre

Nous sommes les témoins d’hier

Nous sommes les témoins d’aujourd’hui

Nous sommes les témoins du futur

Nous sommes les témoins de la nature

Nous sommes les témoins de l’air pur

Nous sommes les témoins des oiseaux

Nous sommes les témoins des animaux

Nous sommes les témoins des végétaux

Témoins de la biodiversité

Nous sommes

Brigitte Gladys

PS : Le « nous » représente tout un chacun.

Musée promenade géoparc UNESCO de haute-provence 

Dignes les Bains

Ma petite galerie de sculptures …

jeudi, septembre 6th, 2018

       

Mon cadeau de mariage pour mon fils Adrien et sa femme

 

  

     

                                                            Mon autoportrait de profil

 

     

 

Si le jour était au féminin et la nuit au masculin ce serait le couple du jour et la nuit.

Le travail de l’argile (modeler,malaxer, lisser, façonner) le contact avec la terre permet d’évacuer toutes tensions, toutes pensées parasites .

Le fait que notre attention se focalise sur un objet à réaliser, un portrait à restituer nous canalise et nous recentre sur l’essentiel. On oublie pour un temps la souffrance qu’elle soit physique ou bien psychique. Le modelage de la terre semble l’absorber et nous fait du bien.

Reproduire, inventer, imaginer, créer apporte des solutions et nous rend libre et heureux.

 

 

°22 avril 2016 : Journée internationale de la terre nourricière °

vendredi, avril 22nd, 2016

Parc olbius Riquier juillet 20015 034

°Sur terre°

Hommage à la forêt

Hommage à la belle nature

Nimbée d’air pur

Hommage à la forêt qui chante

Hommage à la vie qui palpite

Pépiante d’oiseaux

dans les hautes branches

Hommage aux grands arbres

qui s’étirent jusqu’au ciel

tutoyant le roi soleil

les brillantes étoiles

et la lune qui luit

Délice de mousses

Délice de verts

Délice de rêves

Parfum de Paradis °

°sur terre°

Brigitte Gladys