Posts Tagged ‘brigitte Gladys’

Les grands arbres

mercredi, octobre 21st, 2020

Je suis pour la belle nature

Je suis pour la forêt

Nimbée de lumière

Je suis pour les cascades

Je suis pour les dryades

Si douces, si douces

Qui dansent sur la mousse

Tout autour des grands chênes

Je suis pour la forêt

Pépiante d’oiseaux

je suis pour les grands arbres,

S’élançant dans les airs

Ivres de sève

Tutoyant le ciel

Caressant le soleil

Et les brillantes étoiles

et la lune qui luit

La nuit tout là haut

Je suis pour la forêt

Je suis pour la belle nature

…….

Mais, je suis contre

la destruction par le vide

et contre l’écocide.

Brigitte Gladys

PS : définition du mot écocide

C’est une grave atteinte portée à la nature entraînant des dommages majeurs, souvent irréversibles, à un ou plusieurs écosystèmes pouvant aboutir à leur destruction. Cette atteinte peut être volontaire ou bien involontaire.

Quelque-chose ne tourne pas rond au royaume de Chandivaron

lundi, août 24th, 2020

Cette fois ci je vais écrire un article qui concerne tout le monde, je ne vais pas écrire de poésie.

D’après mon professeur des Beaux Arts « Tu ferais mieux d’arrêter la poésie Brigitte car, avec la poésie tu gagneras encore moins d’argent qu’avec la peinture »

Je me souviens aussi de cette professeur de français. J’arrivais dans ce nouvel établissement, j’avais 12 ans, notre premier sujet de français consistait à parler de nos vacances. Je n’étais pas partie en vacances, je les avais passées comme tous les étés dans la propriété agricole de la famille.

J’ai donc parlé d’une manière très poétique des papillons, des oiseaux , des fleurs, de l’herbe, des ruisseaux…

Quand elle m’a tendu ma copie, elle me dit , « Vous avez triché, je vous mets un zéro » J’ai protesté mais, elle fut intransigeante. Cela commençait vraiment mal….

Pour elle aussi cela s’est mal passé. Si un élève faisait trop de fautes, elle le traitait de nullité et de « goret »et lui disait qu’il ferait mieux d’aller garder les dindons.

C’était une maltraitante.

Finalement, c’est elle qui fut remerciée, elle avait été prise à l’essai et l’essai ne fut pas concluant….Elle est allée garder les dindons. Personne ne l’a revue ni regrettée.

La poésie, c’est la vie c’est un coeur qui bat. la poésie c’est un moyen d’expression qui m’a été donné. C’est aussi une liberté et la liberté n’a pas de prix.

Mais, revenons à nos moutons. Mais qu’est ce qui ne tourne pas rond au royaume de Chandivaron?

Début août j’ai ressenti une gène à une dent. J’ai téléphoné à mon dentiste. Un répondeur m’a indiqué qu’il était parti en vacances jusqu’en septembre. Il n’avait laissé aucune autre indication, il fallait se débrouiller pour trouver un autre dentiste.

Je me suis dit que ce n’était peut être pas grand chose. Cela faisait trois mois que mes dents avaient été détartrées et vérifiées.

Au bout d’une semaine ma souffrance a empiré . Je me suis donc mis en quête d’un autre dentiste qui accepterait de me soigner.

Je n’étais pas au bout de mes peines. J’ai compris la difficulté que l’on rencontrait dans ce département pour se faire soigner les dents en été.

Je n’ai réussi qu’à obtenir un rendez qu’après 3 jours de recherche intensive et de coups de fil, je suis tombé sur un dentiste qui m’a prise en urgence à 8 h 30 du soir. J’étais la dernière patiente et il partait le jour après en vacances. Il ne m’a pas soigné la dent, mais, il s’est couvert en me donnant des antibiotiques sur dix jours et des calmants. Il faudra surement l’arracher. Je porte une prothèse, un dents cariée peut se révéler très néfaste pour moi, il est donc vital d’enlever le foyer d’infection.

Au bout de cinq jours je ne supportais plus mes antibiotiques qui me donnaient mal au ventre et mal à la tête. Je me suis mise en quête d’un autre dentiste en vain.

Les réponses étaient les suivantes.

  • Les rendez vous sont complets jusqu’en septembre et parfois même octobre.
  • Nous ne prenons en urgence que nos clients.
  • Le dentiste est parti en vacances jusqu’en septembre.
  • Parfois, il n’y avait même pas de répondeur
  • Ou bien plus élégant, nous sommes en soins , nous ne pouvons vous répondre (en soins pendant tout le mois d’août sans discontinuer) Le gros mensonge

On m’a parlé d’un service d’urgence mais, en semaine, il ne fonctionne pas et le week-end il est vite débordé donc, impossible d’en bénéficier.

J’ai téléphoné à un service qui soit disant mettait en relation le patient avec un dentiste de garde mais, ce service m’a taxée de plus de 40 euros et m’a mise en relation avec un dentiste qui n’était pas au courant et qui partait en vacances l’après-midi même. C’était une arnaque !

J’ai essayé les hôpitaux, mais pas de chance, aucun des hôpitaux que j’ai consultés n’avait de service d’urgence dentaire.

J’ai fini par prendre rendez vous avec mon médecin traitant .

Je lui ai demandé où il allait se faire soigner les dents.

Il m’a répondu qu’il allait dans la plus grosse ville du département voisin situé à l’ouest. C’est à dire Marseille. Il m’a dit qu’il fallait que je continues à chercher et si je ne trouve pas je devrais en faire autant.

J’ai demandé à mon kiné où il allait se faire soigner les dents. Il m’a répondu que l’été il allait se faire soigner dans la plus grosse ville d’un autre département situé à l’est. C’est à dire Nice.

Je ne comprends pas comment un si grand et beau département qui reçoit en villégiature bon nombre de présidents et de touristes tout l’été ne possède pas un service d’urgence dentaire capable de recevoir toutes les urgences. Ou bien pourquoi les dentistes ne prévoient pas un remplacement pendant leur période de vacances. Les médecins sont bien organisés pourquoi pas les dentistes.

J’ai continué à chercher un dentiste qui voudrait bien soigner ma dent. J’ai mis presque une semaine avant dans trouver un(e) dans une autre ville qui m’a accordée un rendez vous. En fait c’était une remplaçante (l’unique que j’ai trouvée) . J’aurais du m’abstenir. Elle m’a arrachée la dent. En me l’arrachant, elle a mis trois quart d’heure, elle a cassé la couronne d’à côté. J’ai vu qu’elle prenait quelque chose de blanc. Je lui ai demandé ce que c’était. Elle me répond qu’elle mettait un point colle. Je n’avais toujours pas compris qu’elle avait cassé la couronne d’à côté, elle si. Elle m’a prise pour une imbécile. Elle a posé un gros coton dessus et je suis rentrée chez moi. Quand plusieurs heures après j’ai enlevé le coton, la dent voisine est venue avec. Je l’ai rappelée en lui demandant qu’elle me rappelle, j’attends toujours son coup de fil et ses excuses. Résultat de la course, j’ai perdu deux dents, une qui peut se récupérer avec un pivot et l’autre avec un implant dentaire.

Quelque chose ne tourne pas rond au royaume de Chandivaron.

J’ai presque regretté de ne pas avoir épousé mon fiancé chirurgien dentiste, mais, qui sait, si je lui avais demandé de me soigner les dents pendant les vacances, il m’aurait peut être répondu :

-Chérie, tu sais bien que ce n’est pas possible pendant l’été, je ne travaille pas, va voir quelqu’un d’autre…

Quelque-chose ne tourne pas rond au royaume de Chandivaron.

Brigitte Gladys

Mon frère

dimanche, août 16th, 2020

Mon frère,

Toi qui dort au fond de la mer,

Je sais que tu m’entends,

Comme moi, je t’entends,

Toi qui tissais des colliers de fleurs

Pour moi, ta petite soeur

Ce matin, alors que je nageais

dans le vert et le bleu infini

Couleur de tes yeux

Un miracle s’est produit

Des profondeurs, un trésor a jailli

Sur le dos d’une vague, dansait

un bracelet de perles de couleurs

Mon frère tant aimé

Toi qui dort au fond de la mer

Nous connaissons tous deux

Le pouvoir des mots murmurés

Nous connaissons leurs secrets

Je sais que tu m’entends

Comme moi je t’entends.

…….

Brigitte Gladys

PS :A sa demande, les cendres de mon frère ont été dispersées en mer méditerranées à partir de son bateau.

La carte du tendre

dimanche, juillet 19th, 2020

La carte du tendre de la politique n’est pas de tout repos et sans danger. Se battre sur des terres inconnues afin de lutter contre le réchauffement climatique demande des efforts constants, hors du commun et un entrainement intensif. Même un coeur vaillant peut s’y égarer.

Pendant tout ce temps, j’ai été incapable d’écrire un seul mot de poésie .

Aujourd’hui, comme une colombe au sol, qui, apercevant un chat, s’envole, je ne vais pas rester là, à me bagarrer et à me faire massacrer.

Comment s’envoler ?

Par la pensée, par la prière, l’imagination, la contemplation des chefs d’oeuvre de l’art et de la littérature et aussi en se souvenant de moments lumineux et du spectacle merveilleux que nous offre la nature.

Délice d’essentiel

C’est l’été

Festin de fleurs

Instantané de myosotis

Concentré de pétunias

Glacis de Gazinias

Déjeuner rafiné

Consommé de pourpier

De roses hortentias

De pétales de lys

Velouté d’iris violets

De violettes bleus

Mousse d’organdi

Regal de senteurs

Précipité de lilas

Coulis de mauves

-Boire d’un trait-

*Délicieuse Volupté*

Brigitte Gladys

Aimer autant que possible

lundi, mai 18th, 2020

Autant que possible

Le bon et le beau

*Aimer*

Le beau et le vrai

*Aimer*

Le visible et l’invisible

*Aimer*

L’indicible et le dicible

*Aimer*

Le vide et le plein

*Aimer*

Le juste et le bien

*Aimer*

La rosée du petit matin

*Aimer*

L’obscur et le clair

*Aimer*

Le sucré et l’amer

*Aimer*

Le soleil blanc

Qui s’attarde

*Aimer*

La lune qui musarde

*Aimer*

Le murmure du vent

Et de l’oiseau caché,

Le doux chant

*Aimer*

Le certain et l’incertain

*Aimer*

Le proche et le lointain

*Aimer*

Ta main dans ma main

Pour aujourd’hui,

Et pour demain.

*Aimer *

Brigitte Gladys

Escargotin

vendredi, mai 15th, 2020

Un escargotin coquin fait de la glisse sur la pente lisse d’un pétale de pivoine.

Brigitte Gladys

s’envoler

jeudi, avril 16th, 2020

C’est le moment de sortir du confinement par la pensée.

C’est le bon moment pour pratiquer des exercices de relaxation et de visualisation.

Devant une fenêtre ou une porte ouverte faire une série de 3×10 respirations-expirations « ventre ballon »

L’associer à un message mental de liberté, de joie, de beauté, de légèreté de confiance, de bonne santé…

Inspirer profondément, expirer …. puis fermer les yeux .

Se transporter, s’envoler par la pensée et s’imaginer dans un paysage de rêve selon vos goûts ( lac, mer, montagne, campagne, rivière…) Je vois, je sens, j’entends, je goûte, je touche…). Ce paysage connu ou inventé deviendra alors une réalité et vous ne vous sentirez plus confiné .

Pour bien maîtriser le processus il faut le pratiquer tous les jours, après, cela devient facile et tellement agréable. Le confinement où la prison n’ont aucune prise sur vous.

la vie est précieuse, préservons là.

Fleurs du vent…..

dimanche, mars 22nd, 2020

Belles, les fleurs du vent

Par temps d’épidémie

Devant ma porte

Deux jolis bouquets d’anémones déposés..

*Protège du mal, porte chance pour moi*,

mais pour vous aussi-

Je veux le voir ainsi.

Belles, les fleurs du vent

Prenez soin de vous,

Cet ennemi invisible sera terrassé.

Brigitte Gladys

Le soleil luit

lundi, février 24th, 2020

Haut dans le ciel

Le soleil luit

C’est midi qui l’a dit

Il fera beau aujourd’hui

Et demain aussi….

Mais est ce vraiment

Une bonne nouvelle ?

Brigitte Gladys

La vie brève

mercredi, février 19th, 2020

Cette nuit,

je me suis réveillée en sursaut,

Une voix m’a avertie

Ton petit ami

De la petite enfance

De la petite école

De la petite maison dans la prairie

Ton petit ami est parti

Ses yeux bleus aussi

Daniel est mort

et le vent, derrière la porte

S’est mis à souffler fort

Courses folles

à bicyclette

Sous le soleil¨¨

A dieu Daniel

A dieu.

Brigitte Gladys

Pour toi, pépiniériste qui aimait tant les fleurs et qui savait les faire resplendir.
Un peu plus vite, un peu plus doucement, la vie s’écoule toujours dans le même sens et rien ne peut la retenir.