Archive for the ‘poésie personnelle’ Category

Au point du jour

mardi, mars 20th, 2018

Au point du jour                                                                                                               Mardi 20 mars 2018 (printemps ! )

Chant d’amour

du gai rossignol

Frisson de soleil

Poudroiement d’or

.  .  .  .  .  .  . .

¨¨¨¨¨¨¨¨¨

¨¨¨¨¨¨¨¨¨

.  .  .  .  .  .  . .

Adieu nuages grisés !

Éclair d’arc en ciel

Bonjour azur irisé

///////////

Dans les près,

Petites mains tissant

Pompons roses

et

Pompons blancs

°°°°°°°°°°°°°°°

Voilà le printemps !

Brigitte Gladys

*Mandala camélia *

vendredi, mars 2nd, 2018

La fleur de camélia

Contre tout et envers,

Infatigable ouvrière,

éclatante, radieuse, généreuse

Elle éclaire les jardins intérieurs 

À la vie, elle dit « bonjour »

-Autour du centre

Frisson de pétales rouges

Dance des étamines-

«  » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

 En grand secret, elle influence 

le retour des beaux jours. 

 

Brigitte Gladys

2 mars 2018

Fleur d’amandier : Brillance du mandala étoilé…..

samedi, février 24th, 2018

-Air  obscur et dense-

A ma porte s’ouvre le jour

L’hiver roule ses tambours

~ ///~¨¨¨::::/::://// °°°°~~~~                                                                                                                                                                 Ciel sombre, violent et sale

Sur un décors plombé

Se dessine en contraste

Le  délicat et délicieux

amandier de février.

Tout en clarté

De blanc pruiné

il déploie ses étoiles.

Bruissement de pétales

Perles de rosée

irisées de cristal

-Autour-

Parfum suave et miellé

Sur le tableau noir

J’écoute

La dance légère des fleurs

Je Contemple

La brillance du mandala étoilé*

Brigitte Gladys

 

 

 

Aux portes de l’hiver….

jeudi, décembre 14th, 2017

Aux portes de l’hiver

Le soleil s’est pendu

Chapeau noir sur la ville

La lumière de l’été s’est perdue

Un vent fou dévale les rues

Les gouttières du ciel

Déversent des seaux de pluie

Qui s’écrasent sur mes carreaux

Une fumée sombre rase les toits

 

Je frémis

 

Tous mes oiseaux se sont enfuis

Les feux de l’automne aussi

place , place à l’hiver

Le temps se glace

 

Je me réfugie dans ma maison

Dans mon salon qui s’éclaire

et m’éclaire

L’arbre de jade fleurit

Comme un bijou précieux,

Dans l’air,

Il flotte un parfum délicieux

J’entend le doux gazouillis

de ses fleurs blanches étoilées

-reflet d’éternité-

Je les contemple,

Je les respire,

elles m’entourent de bonheur

je me fonds dans leur chaleur

*Je suis au paradis*

Le froid n’aura pas mes os

La nuit n’aura pas ma peau

D’un coup sec

De l’hiver,

Je ferme les portes.

 

Brigitte Gladys

 

L’arbre de jade présentent des fleurs « mandala étoile » à l’intérieur de l’étoile se dessine une autre étoile à 5 branches.

Les fleurs de callistemon.

dimanche, novembre 19th, 2017

Pendant la nuit

Au bord de l’automne

Les petits pinceaux rouges

des fleurs de callistemon

ont repeint le ciel en bleu-

délicieux pour mes yeux-

Accord avec l’infini

– mon âme résonne-

-Frissonne

le chant de l’oiseau

dans les airs,

tout là haut.

 

Brigitte Gladys

 

Comme l’oiseau du petit matin….

jeudi, novembre 2nd, 2017

Comme l’oiseau du petit matin

lance sa trille et se tait

Chemin contre chemin,

Vent contre vent

Pluie contre pluie

Ils sont partis

-Tout doucement-

sans faire de bruit

Au bout de leur nuit

la chandelle brille

pour eux

-Éternellement-

Je pense.

 

Brigitte Gladys

 

 

 

Automne

jeudi, octobre 26th, 2017

Résonance d’automne

Sur la terre desséchée, tout le sang et l’or de l’automne se répand et se couche au pied des grands arbres .

 

Mise à jour….Pierrot ….

dimanche, octobre 15th, 2017

Pierrot m’a dit

Les chasseurs de rêves sont arrivés

Colombine, prends garde à toi !

 

Haie ! ils ont tué mon rêve  bleu,

mon rêve le plus doux

Haie, haie ! ils ont tué mon rêve le plus brillant,

mon rêve le plus fou

haie, haie, haie ! ils ont tué mon rêve le plus fort,

Ils ont tué mon rêve étoilé

 

Début printemps-

Pierrot est parti,

parti pour toujours.

 

Mais,

Son dernier sourire

-Comme un aveu-

Était pour moi,

Pour moi seule.

 

Et,

Je ne pleure pas,

Je ne pleure pas.

 

Chacun a passé sa vie

De son côté

-séparés-

Par le mur de barbelés

des castes sociales

 

Mais,

Je ne pleure pas

Je ne pleure pas

Son dernier regard

Était pour moi,

Pour moi seule.

 

Pierrot m’aimait

et je l’aimais.

 

Et,

Dans le ciel

Résonne encore

-Son rire-

En cascade de grelots

-Pierrot-

Brigitte Gladys

 

 

 

 

 

Incendies de l’été

dimanche, juillet 30th, 2017

Le délicieux lys des sables, espèce protégée.

 

Incendie

/Nuit criminelle/

Du bord de la route,

Complice du vent,

une étincelle mortelle

a claqué

enflamment la vallée.

-Paysages dévastés-

-Herbes calcinées-

-Forêts en brasier-

-Maisons brûlées

-Mer grisée-

-Ciel plombé-

-étoiles éteintes-

-Pluie de cendres-

-Acre odeur –

En grand deuil

La nature et les villes

portent leur croix

et pansent leurs plaies

+++++++++++++

Dans un silence désolé

+++++++++++++

-Survivance de la fleur

blanche du lys des sables-

 

Brigitte Gladys

 

 

Parc Olbius Riquier

jeudi, juillet 20th, 2017

-Midi-

Le Parc s’ouvre devant moi

^Chaleur qui  plombe^

-L’air se fige-

Sur le lac, pont arc en ciel

De fleur

à fleur

Délice de parfum

 

Les rayons de soleil

tombent

et glissent

de feuille

en feuille

…………..

-Toboggan de lumière-

………….

-Sur l’eau, les canards filent==

======

-Tilleuls argentés frissonnants

 

-Les enfants jouent en riant

 

-Jacaranda piqueté de bleu

 

____________________

 

-Les oiseaux font la pause

 

____________________

 

-Paulownias en grande noce

-Palmiers en majesté

-Le coureur trace

-Les bambous dansent

-La jeune fille sourit

*Instant paradis*

-Le catalpa se pâme

-Le nandou s’ébroue

-Le manège tourne

°°°Brillent°°°

Les fleurs du magnolia

*Mandala -bonheur*

(L’araucaria m’ouvre les bras)

 

Les poneys passent———-

 

Soudain, le cri du paon

divise l’espace en deux-

C’est déjà

-l’après midi.

 

Brigitte Gladys