Posts Tagged ‘jardin’

*Mandala camélia *

vendredi, mars 2nd, 2018

La fleur de camélia

Contre tout et envers,

Infatigable ouvrière,

éclatante, radieuse, généreuse

Elle éclaire les jardins intérieurs 

À la vie, elle dit « bonjour »

-Autour du centre

Frisson de pétales rouges

Dance des étamines-

«  » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

 En grand secret, elle influence 

le retour des beaux jours. 

 

Brigitte Gladys

2 mars 2018

J’habite ici…

lundi, avril 11th, 2016

 

 

hyères 10 avril 2014 098

Pourquoi  naît-on dans cette famille plutôt que dans une autre ? Pourquoi naît-on ici plutôt qu’ailleurs ? Pourquoi habite t-on ici plutôt qu’ailleurs ?

Pour ma part, je ne sais pas pourquoi je suis née dans cette famille plutôt que dans une autre.

Nièce 005Portrait d’une nièce perdue de vue.

A la seconde question, je dirais que ce sont mes parents qui ont choisi leur lieu d’habitation en fonction de leur travail. Je suis née là où ils se sont installés.

A la troisième question, je dirais que j’habite ici parce que l’endroit m’a accueillie . C’est donc, tout naturellement que je suis venue y habiter.

Je suis née entre la mer méditerranée et l’océan, plus proche de l’océan que de la méditerranée . La belle ville  d’Hyères est  située à 565 km de mon lieu de naissance. A cette époque là, je ne connaissais pas cette ville, je l’ai découverte que très tard et par hasard. La première fois, c’était juste une halte pour aller vers une autre destination. Je me souviens l’ avoir trouvée très agréable, avec ses façades colorées rappelant l’Italie, ses palmiers et ses orangers qui  enluminent les rues. je me suis émerveillée devant l’abondance  de fleurs  ornant  les jardins  les maisons et les rues….. Plus tard, je suis venue en vacances dans la presqu’île de Giens. J’ai trouvé le lieu idyllique, une nature luxuriante une mer d’un bleu généreux et un climat idéal. Mais, ce sont deux événements qui m’ont le plus marquée.

Je voulais découvrir la vieille ville avec ma voiture, j’ai pris une voie sans issue, j’ai donc  reculé, une roue arrière  est partie dans le vide, il n’y avait pas de parapet. J’ai freiné et suis sortie rapidement par le côté droit. Immédiatement un homme qui marchait dans la rue est venu me porter secours, puis deux autres qui passaient en voiture également. A tous les trois, ils m’ont sortie d’un fort mauvais pas. Ils ont poussé et reculé le véhicule en deux temps trois mouvements. Je leur ai dit : « merci » et ils sont partis. Cela avait semblé tout naturel pour eux, c’est ainsi que j’ai pensé que l’on pratiquait l’entraide dans cet endroit et cela avait l’air d’être une manière de vivre.

Deux ans après je suis revenue à Hyères et là encore, j’ai un problème avec ma voiture. Elle  ne voulait pas démarrer. C’était un problème de batterie. J’ai trouvé rapidement une bonne âme qui l’a rechargée avec des pinces. Par la suite il m’a indiquée l’endroit où je pouvais en acheter une. C’est ainsi que je me suis forgée une belle image des habitants de ce lieu   éclairé de soleil où les hivers sont si doux ….

Villa Noailles Hyères 024

Vu prise des hauteurs de la Villa Noailles.

Tout au fond, à la pointe, Fort Bregançon…

coucher du soleil sur Hyères 001 bis

Coucher de soleil sur les monts Toulonnais

Fleurs Hyèroises 020

Cette ville célèbre les fleurs et les fleurs et moi ce n’est pas tout un poème, mais cent poèmes °°° Alors, j’aime cette ville et quand on me demande d’où je suis, je dis que je suis d’ici °°°

faveur de printemps 014                        Fleurs Hyèroises 030

Compositions présentées pour la fête de la fleur le  8 , 9 et 10 avril 2016

 

 

Journées du patrimoine européen en septembre 2015

vendredi, septembre 18th, 2015

Retour à Sofia (sagesse divine) qui tire son nom de la plus ancienne église de la capitale : La basilique orthodoxe Sainte Sofie. Elle fut construite au 6eme siècle.

Elle est d’architecture byzantine toute construite de briquettes rouges. Elle est magnifique par la forme de son édifice, par sa couleur et par ce qu’elle représente.

 

Bulgarie 2015 244Photo de l’église Saint Georges

C’est un lieu de recueillement et de prières un lieu où les fidèles chantent avec ferveur des chants religieux qui élèvent l’âme.

En me promenant dans le jardin qui l’entoure, j’ai été appelée à pénétrer  dans l’église par des incantations.

Bulgarie 2015 240

A l’intérieur, on ne peut qu’être touché par la beauté et la lumière  du lieu, la beauté des icônes,  mais aussi l’atmosphère de ferveur qui y règne.

 

Au détour d’un chemin place au dragon…

mardi, février 24th, 2015

Dans le jardin des agrumes au détour d’un chemin, place place au majestueux dragon maître de tous les éléments de la nature.Menton 122

Menton 129

 

Au pays du dragon poussent des mandalas- fleurs dont il se délecte régulièrement.

Menton 118

La promenade se poursuit, Monsieur citron tombe en admiration devant le kiosque à musique dont les bases tout comme celles de la pagode sont inscrites dans un cercle (mandala construction)

Menton 135

 

 

Menton 138

 

Souvenirs d’été.

dimanche, septembre 1st, 2013

Coucou, me voilà de retour.

Cet été, je me suis roulée dans le bleu, le bleu de la mer et le bleu du ciel et puis j’ai voyagé dans la bibliothèque de ma ville. Un livre m’a tendu la main :

-Jardins perdus- de l’écrivain Bernard Manciet un auteur gascon.

Sa manière d’écrire très poétique et lyrique m’a enthousiasmée et ses jardins perdus ne sont pas tout à fait perdus. Il parle d’une époque passée au travers de petits tableautins qui sentent bon le Sud Ouest et c’est comme si on y était…

La petite histoire que j’ai choisi de reporter ici s’intitule : Le jardin

Le jardin

Ma grand-mère était un jardin. Bien avant l’aube, elle glissait comme un lézard d’un arbre à l’autre, disparaissait entre les feuilles des artichauts, ramassait les fraises des quatre saisons dans son tablier, ou  les poires gonflées de fraîcheur, redressait les pieds de tomate, se noyait dans l’odeur âpre des feuilles de chrysanthème, et dans la légère brume qui débordait de notre ruisseau. Elle se risquait même à troubler les clartés immobiles du jardin, quand la crue parfois, l’avait recouvert jusqu’à deux pas à la maison, et quand les choux et les pivoines s’élargissaient dans leurs reflets.

Elle avait un faible pour les rosiers quels qu’ils fussent : les hauts, les souffreteux, et ce rosier de sa fenêtre qui fleurissait encore après Noël, et l’autre aussi, le violet qui se souvenait du temps d’avant les roses roses. Cela avait été un malheur aussi grand que la Révolution quand M. Pallu, l’agent voyer, nous fit détruire, par pure haine, le rosier dodu et large comme un arbre qui se répandait au-dessus de notre porte, au bord du chemin.

Le monde d’avant la clarté du jour, je le devinais aux présents que m’apportait ma grand-mère quand je me réveillait : le premier raisin noir, une tige de digitale ou de mauve, un oiseau tombé du nid que je devais réchauffer, une plume fugace. Un matin d’hiver elle m’apporta, en riant, une aiguille de glace qu’elle avait cueillie au bord du puits.

Le jardin grouillait de toutes une troupe de rats- ils traversaient la rivière, farfouillaient à qui mieux mieux dans les treilles sucrées ; d’escargots que nous cherchions la nuit à la bougie, de courtilières qui s’échappaient quand nous déterrions des pommes de terre, et des papillons figés de froid.

Des bohémiens affamés s’étaient enfermés une nuit dans le poulailler dont le loquet parfois retombe seul. Tout n’était que vie, tout avait odeur du vivant dans le jardin du monde, ce monde où je ne me lasse pas de me promener après le lever du soleil.

Ma grand-mère, c’est sur, connaissait par coeur la Passion selon saint Jean, et aussi une traduction en vers de l’épisode où Hector dit adieu à Andromaque. Mais, je le jure, elle ne savait rien de Shakespeare ni de ce Hamlet qu’elle aurait qualifié de grand nigaud. Et je sais aussi qu’elle n’avait pas rêvé, qu’elle avait vraiment vu dans les rames des petits pois et des haricots plats, au plus fort de la lumière, lui apparaître ceux qu’elle appelait les morts.

« Ils sont restés, me dit-elle en secret, un grand moment debout devant moi. Ils voulaient m’expliquer quelque chose, je les reconnaissais, mais je n’ai jamais pu comprendre ce qu’ils voulaient. »

« Peut-être des messes ? »

Elle ne me répondit pas. Peut-être, tout bonnement, se promener avec elle au jardin.

le jardin de ma grand mère

Des étoiles dans mon jardin…

vendredi, juillet 12th, 2013

Il est temps pour moi de faire une petite pause, quelques jours ou quelques  semaines un mois peut être qui sait ?

Charité bien ordonnée commence par soi même …

Je vais semer dans mon jardin des étoiles  en forme de  fleur de toutes les couleurs, et me reposer à l’ombre des roses, fête des jardins dimanche  le 6 juin 2010 045elles m’éclaireront et me feront vibrer de joie.

Je lève ma coupe

A la beauté des jardins remplis d’étoiles

Au mandala de la rose rouge et  à ses pétales en forme de coeurs

A la jeunesse et à l’éternel soleil

 

Je vous souhaite de un merveilleux été.

B. Gladys

Sarcophages aux Alyscamps.

dimanche, mars 31st, 2013

J’ai traversé les Champs Elysées Arlésiens, un vrai jardin, un lieu de promenade, comme c’est étrange !

Il paraît que c’était un en droit très prisé pour enterrer les morts.

 

Dans cet endroit paradisiaque des Enfers, je n’ai vu aucun corps en forme

d’ ombre s’échappant des sarcophages.

Face à la mort, nous sommes tous égaux ; Le  riche notable ou le clochard, le vertueux ou bien le voyou  ….

Nous sommes des éphémères, sur terre nous avons un temps d’exposition limité…

Cependant, selon notre desiderata et notre rang social nous pouvons nous faire construire un tombeau de notre choix qui, peut être traversera les siècles tout comme les sarcophages en pierres du jardin des Alyscamps.Arles-Noël-2011-104-300x211

Le tailleur de pierre prenait soin de graver les instruments qui lui avait servi à tailler le sarcophage. Parfois ils étaient accompagnés d’ une épitaphe …

Graver ses instruments de travail voulait signifier au mort que son sarcophage avait été bien fait.Arles Noël 2011 202

On pouvait également commander un bas relief avec des personnages ou bien se faire graver son portrait…Arles Noël 2011 198

Et pourquoi pas un mandala.

Si vous arrivez à identifier tous les détails n’hésitez pas à laisser un petit commentaire.

Arles Noël 2011 192

Bas relief avec écailles ou pétales de rose ?Arles Noël 2011 196

Autre bas relief de sarcophage.Arles Noël 2011 191

Le jardin aux vestiges et mandala-fleur de ciel.Arles Noël 2011 158

Sur terre, nous sommes de passage , mais, tout comme les artistes créent leurs  oeuvres, nous participons à la création de notre vie et  si elle est éphémère autant vaut-il qu’elle soit belle …

Verslecentre

Mandala de la rose couronnée de perles de diamant

mardi, octobre 16th, 2012

La rose, mandala parfait symbole d’éternel renouveau est beauté essentielle.

Ciel plombé de gris

Dans mon jardin

fleurit encore

-Ma rose préférée-

Diamants couronnés

scintillants

-Vibrations colorées-

Se mettre en harmonie avec elle.

Un objet de beauté chasse le gris, la mélancolie et illumine la vie.

 

 

Renouveler son énergie au centre d’un mandala…

jeudi, août 23rd, 2012

Renouveler son énergie au centre d’une fleur, au coeur de son jardin intérieur, voilà un beau bonheur…

Dans la ville un jardin intérieur qui s’ouvre…

jeudi, août 16th, 2012

Dans la ville de Montauban , un jardin intérieur  qui s’ ouvre comme une grande fleur odorante et colorée. C’est un lieu d’accueil où il fait bon se promener et se reposer à l’ombre des grands arbres et méditer sur le sens de la vie… Et sur un banc, à l’abri des regards vous y trouverez des amoureux qui se bécotent éternellement.