Posts Tagged ‘éternel’

Un automne à Milan

jeudi, novembre 19th, 2015

Milan  2015 240

Des fleurs d’automne aux couleurs flamboyantes qui se fanent mais qui vont refleurir à la saison prochaine.

La vie est un éternel recommencement.

Le jour où je ne serai plus…

lundi, avril 22nd, 2013

C’était le 19 avril l’anniversaire de l’accident de la route qui m’a brisée .  Je ne fête pas ce genre d’anniversaire mais comment ne pas se souvenir de ce jour là quand on en porte encore les stigmates. Après le crash, La Parque qui tient le fil de la vie m’a dit :

-Ce n’est pas pour aujourd’hui,vous avez raté l’examen.

– Ah ! Je dois repasser à l’oral ?

-Non non, vous devez repasser l’oral et même l’écrit.

Oh! Ce jour là, j’avais raté mon examen…

C’est pour cela que je travaille  mon oral et mon écrit sans répit  et que je suis toujours en vie.

J’ai encore des centaines et des centaines de poèmes et d’histoires à écrire à recopier à publier…Et aussi des peintures des dessins des photos à faire à non!

Je n’ai pas encore fini, le jour où j’aurais fini ce sera fini.

Au moment de l’accident je n’avais pas du tout réfléchi de l’endroit où j’aimerais  reposer une fois où je ne serai plus. Réfléchit-on à cela quand on est jeune et en pleine santé ? Et vous y avez vous réfléchi ?

Aujourd’hui si je meurs en terra incognita, s’il vous plait, ne me ramenez pas là où j’ai grandi. C’est un endroit que j’aime beaucoup l’air y est doux et parfumée, un pays de champs fleuris, de forêts et de rivières.

sud ouest au mois de juillet 008

Mais, je suis une enfant de l’univers . Si je meurs en terra  incognita ne me ramenez pas là où j’ai grandi.

La nature sera mon berceau.

Chaque endroit sera mon endroit et l’endroit où je me trouverai sera mon

endroit.

lastminute 520 - Copie

Un petit cimetière tranquille qui fleurent bon la campagne (sans cyprès) j’y suis allergique) fera l’affaire.

Sur ma tombe dressez y un joli jardin (un jardin de poèmes) où chacun pourra y semer des graines, qui donneront des fleurs et qui à leur tour donneront des graines, qui donneront des fleurs, qui fleuriront de ci de là, et qui

produiront des graines…… à l’infini… mandala fleur, mandala graine… et ce sera un éternel recommencement….

Prenez soin d’arracher  les mauvaises herbes, Toutes les mauvaises herbes  .

Plantez aussi un pied de lilas au parfum et à la couleur si délicate ou un arbrisseau à fleurs afin que les oiseaux s’en servent de balancelle et y viennent faire leur nid.

Je n’ai pas encore écrit le poème que j’aimerais laisser au monde  des vivants pour l’éternité, en attendant celui d’ Anna de Noailles me plait tant ….!….

J’écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache comme l’air et le désir m’ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Comme j’aimais la vie et l’heureuse nature

……………………………………………………..

……………………………………………………..

…………………………………………………….

(L’ombre des jours)

cité par Angela Bargenda
« La poésie d’Anna de Noailles », page 72

lilas en fleurs 001

Pensez y à ce jour là, car  il viendra, comme il viendra pour tous…
Et après y avoir pensé vivez l’instant présent avec intensité.
B Gladys Marobin ou Verslecentre
PS: La chapelle de notre dame de Lapeyrouse est classée  monument historique.

 

 

Le silence )))))

jeudi, mars 28th, 2013

 

Plein ciel

Plein soleil

Le silence de la campagne est le lieu du refuge éternel.fleurs d'amandiers 2013 034

Hokusai Katsushika (1760-1848) : Chrysanthemums an bee

jeudi, novembre 3rd, 2011

HokusaiMandala-chrysanthèmes, éternels par la beauté des couleurs et des formes….

Hokusai – le fou du dessin- 88ans de vie passée à dessiner pour traduire la source même de la nature et des choses. Un maître, un immortel puisque ses dessins sont toujours présents et nous enchantent encore .

D’un éternel soleil à un autre. Publication de mon ouvrage : Un éternel soleil aux éditions Edilivre.

jeudi, juillet 28th, 2011

Un éternel soleil

Un éternel soleil.

Publication de mon ouvrage aux éditions Edilivre.

J’ai commencé son écriture  bien avant l’ouverture de mon site vers le centre.

Au début, après mon accident, quand j’ai pu tenir un stylo, je souhaitais mettre des mots sur la souffrance (physique et morale).  Je voulais la banderiller,la dépecer, la mettre à mort, pour qu’elle me laisse  tranquille. Revivre enfin, oublier l’accident, le handicap , la douleur, la solitude…

Les mots sont venus noircir des pages et des pages et cela a duré longtemps. Un jour, j’en ai eu assez d’écrire sur ce thème.

J’ai alors déposé mon cahier sur une étagère.

Plus tard, j’ai éprouvé le besoin d’écrire sur le bonheur et tout ce qui le caractérisait à mes yeux et les mots sont venus éclairer et fleurir des feuilles et des feuilles blanches. Puis, j’ai déposé ce nouveau cahier sur la même étagère.

Le temps a passé.

Des mois et des mois se sont écoulés l’étagère a tenu bon. J’ai repris mes deux cahiers. Je les ai relus. J’en ai repris un troisième et l’inspiration m’est venue , j’ai alors rédigé mon ouvrage presque d’une traite. Chapitre un, chapitre deux, chapitre trois.

Je n’étais pas prête pour le publier, j’ai à nouveau déposé mon manuscrit sur l’étagère. Le temps a passé. Un jour, une amie professeur de lettres est venue me rendre visite. Je lui ai proposé de lire mon ouvrage.

Elle l’a lu et m’a encouragée à le publier. Je n’étais toujours pas décidée à le faire et, à nouveau, j’ai déposé mon manuscrit sur la même étagère.

Des mois et des mois ont encore filé, puis, ma fille l’a découvert et a souhaité le lire.

Elle l’a trouvé très émouvant et m’a dit :  Tu devrais le publier.

C’est ainsi que je me suis décidée.

Les Editions Edilivre m’ont  donnée la possibilité de participer à l’élaboration de  l’ouvrage. Cela m’a beaucoup plu. J’ai choisi une de mes peintures pour la couverture.

En le  lisant vous comprendrez pourquoi j’écris si régulièrement sur le site vers le centre.

Bonne lecture.

J’associe à cette présentation trois morceaux de musique.

Un morceau flamboyant de De Falla qui s’appelle danse de la vie brève. Il est d’une beauté solaire  habillé de vibrantes notes colorées, un morceau habité de bonheur et si la vie n’est qu’un passage plus ou moins long, alors, vivons là ainsi, chaque jour est un nouveau jour…. Cette pièce est interprétée brillamment par le violoniste Patrick shemla .

 

Et puis aussi deux autres morceaux de Keith Jarrett que j’écoutais en boucle durant mon hospitalisation et qui me permettaient de m’élever et de m’évader vers un monde lumineux et merveilleux. Il me faisaient oublier ma souffrance.

Saircases : http://www.youtube.com/watch?v=bHKjaf5VvFA

 

 

http://www.edilivre.com/eternel-soleil-brigitte-gladys.html

Le lac : Poème d’ Alphonse de Lamartine(1790-1869) Un très beau poème !

mercredi, juillet 27th, 2011

-Ô temps , suspends ton vol ! Et vous heures propices

Suspendez votre cours !

Laissez nous savourer les délices

Des plus beaux de nos jours…

 

Au bord du lac du Bourget, je me souviens d’un repas où ma cousine Elda , aujourd’hui disparue déclamait ce poème avec bonheur pour notre bonheur. Elle avait grandi au bord de ses rives, elle l’aimait et elle en connaissait tous les secrets.

.YouTube – ?Le lac:A. De Lamartine: récité par par Patrice Gelsi??

Qui chuchote au soleil toute la beauté des jardins du monde

samedi, février 19th, 2011

001.JPGCette couleur là je l’associerais à une écriture poétique qui m’est venue en pensant à lui et à une peinture de matin de printemps sur jardins en fleurs.

« J’étais interne au lycée. Il était externe. Je ne le voyais que pendant les cours et la récréation. La vie de pensionnaire était morose . C’était comme un soleil pour moi et chaque matin j’attendais avec impatience son retour. Nous parlions pas, nous parlions peu mais, chaque geste était un aveu, notre communication était légère, intuitive, divine, magique, mon regard éclairait son regard et ses lèvres me répondaient toujours par une secrète parole d’amour, ses mouvements étaient des murmures que moi seule comprenais et qui faisaient éclore chaque jour un bonheur nouveau…

J’aimais l’ange en lui, il aimait l’ange en moi… Nous marchions sur des chemins de lumière.

Devant nous s’étendaient des jardins sans limite qui chuchotaient au soleil toute la beauté des matins du monde. J’étais sa divine amie il était mon éternel amour. »

Passage tiré de mon ouvrage publié  chez Edilivres : Un éternel soleil avec comme nom de plume Brigitte Gladys.

Je l’associerais aussi à un beau montage vidéo avec Charlie Chaplin : The king of the tramps.

Quand Charlie fait le clown, il a l’inspiration et la grâce d’un ange, il est drôle et merveilleux dans sa créativité.

Les images sont en noir et blanc mais tout est joyeux et en couleurs, les mouvements, la musique et les mots chantés inventés… Quand à la peinture à laquelle je l’associe, c’est une oeuvre personnelle.

http://www.youtube.com/watch?v=_Oalhd3TgAw&NR=1

Les mille et un soleils du mimosa.

lundi, février 9th, 2009

La fleur est symbole d’un éternel renouveau et le mimosa encore plus. C’est un arbrisseau qui déploie toutemimosa-de-fevrier-009.JPG sa beauté au moment de la floraison . Au début de février, Il se pare de milles et un petits mandalas d’or.

Le jaune est une couleur qui chasse la mélancolie . Contemplez les milles et un soleil du mimosa, Vibrer avec eux. Ils   illumineront  le moment présent autant par leur couleur, leur forme et leur suave et pénétrant parfum.

Mandalas fleurs.

samedi, janvier 24th, 2009

Au cœurfleur-du-parc-jourdan-debut-2009-001.JPG de l’hiver, j’ai trouvé un éternel printemps.