Posts Tagged ‘frontière’

Un automne à Milan.

jeudi, décembre 3rd, 2015

La première chose que j’ai aimé en passant la frontière c’est d’entendre parler une langue chantante, d’une musicalité extraordinaire. Mon oreille a été ravie.

Je me suis posé alors la question :

Pourquoi de l’autre côté de cette ligne imaginaire (la frontière) parle-t-on une  langue différente ? Pourquoi cette langue est elle si agréable à écouter?  Certains diront que c’est une histoire de clan. Autrefois rien n’était plus beau que de vivre en clan, la langue était bien sur une manière de se reconnaître et de communiquer, elle constituait une unité. On travaillait pour  le clan et il  apportait la sécurité, la joie et le bonheur par ce lien d’appartenance. On savait que, capturé, on finirait esclave dans un autre clan.

Peut on en déduire que certains clans avaient une oreille plus musicale que d’autres ? Qui sait, ceci expliquerait cela.

En Italie le jour se dit il giorno

Milan 2015 093

 

 

 

Le monde dans lequel j’ai vécu….

mardi, novembre 17th, 2015

Bataclan 001

A Milan Porta Genova

Milan 2015 292

Ici aussi on est  tous Paris…

Milan 2015 293          Milan 2015 291

Et tout est dit, non à la barbarie !!!

Les frontières sont rétablies, la guerre est déclarée au terrorisme.

No soy de aqui, ni soy de alla (je ne suis pas d’ici, je ne suis pas là-bas) Une très belle chanson de Facundo Cabral (1937-2011))

jeudi, juillet 14th, 2011

Je viens de découvrir cette chanson et cette vidéo très émouvante que je mets en partage.

Un texte fort et poétique , une voix si douce et si mélodieuse.

Honoré du titre de « messager mondial de la paix » par l’UNESCO en 1996  pour ses messages et ses prises de position.

Le refrain parle d’un sujet qui m’est cher : L’identité

Je ne suis pas d’ici, je ne suis pas de là-bas

Je n’ai pas d’âge

Mon avenir c’est d’être heureux

C’est ma  couleur d’ identité.

Une identité qu’il ne définit ni par son nom ni par son lieu de naissance.

La poésie est universelle, elle n’a pas de pays, elle n’a pas de frontière, elle est libre de voyager dans l’espace et dans le temps, la poésie est au centre parce qu’elle touche cette petite parcelle d’infini qui brille dans notre coeur. telle est ma définition de la poésie.

Sa poésie écrite et chantée est d’ailleurs comme d’ici, elle est émouvante et libre et libre de se déplacer dans le temps et dans l’espace c’est ainsi que nous pouvons l’écouter aujourd’hui , ici à des milliers de kilomètres de l’Argentine le pays natal de Facundo Cabral.

Le poète n’est pas mort tout à fait, vive le poète et vive la poésie !!!