Posts Tagged ‘ombrière’

La place….

vendredi, mars 29th, 2019
 :Une place très ancienne, où, autrefois, mes pas se sont promenés : La Place Nationale . Elle est  presque aussi ancienne que la création de la ville de Montauban. Elle a un aménagement très ingénieux .  Sous les arcades à double circulation, les quatre côtés de la place sont pourvus de galeries commercantes et de nombreux bars et restaurants. Ces galeries sont protégées du froid et du chaud . C’est un lieu pour tous très convivial. Le centre de la place accueille le  marché quotidien très coloré et animé .
Le rôle d’une place c’est quoi ? Créer un lieu agréable  qui accueille tout le monde, un espace bien placé (c’est le cas de le dire) où on peut se déplacer,  un lieu attractif qui consolide le lien social et favorise les échanges commerciaux ou culturels. Cette place parait fermée mais en fait, elle est ouverte sur tous les quartiers( est, ouest, nord, sud) de la ville.

La place Clémenceau

Jusqu’en  1768,( date de la vente du terrain) les cordeliers (ou franciscains) possédaient un vaste enclos non loin de l’église Saint Louis et près de leur couvent. Ils nommaient cet endroit l’esplanade. C’était un jardin clos de murs et plantés d’agrumes de toutes espèces.

Après son achat,

la place fut alors appelée place de la rade, car à  de cet endroit on pouvait voir la mer et la rade d’Hyères bien sur. De 1810 à 1812 la place de la rade fait l’objet de travaux . Un escalier crée la jonction avec la place Napoléon (aujourd’hui place de la république) qui se situe devant l’Eglise Saint Louis.

En 1860, à nouveau des travaux sont réalisés, la place de la rade est nivelée . Des égouts sont construits et en 1922 elle prend alors le nom de place Clémenceau en l’honneur du grand homme politique, on la nomme aussi place de marbre car, elle est pavée de marbre.

Place de la république aujourd’hui, La place Clémenceau se situe à droite et en contrebas.

Sur la place de la république à droite, la très ancienne église Saint Louis  classée monument historique.

De 1987 à 1990 elle fait l’objet d’un réaménagement total avec la création d’un parking souterrain.

Aujourd’hui, cette grande place (la plus grande place du département du Var) occupe un emplacement  central dans la ville. Elle fait le lien entre la vieille ville et la nouvelle. Elle est  plus belle que jamais. Elle vient d’avoir des aménagements et un  lifting (un genre de réparation urbaine) qui a duré presque 2 ans, conçu par l’architecte du musée Mucem.  Aujourd’hui, l’appellation Place Clémenceau lui sied bien mieux, que la dénomination un peu froide de  » place de marbre »

 Elle est devenue une belle place provençale ombragée. Elle est  accueillante. Plusieurs centaines de végétaux ont été plantés dans le jardin attenant  sur la place et ses abords. Les oiseaux et les insectes vont être à la fête.  Les bigaradiers vont se parer de fleurs parfumées puis de fruits-mandala orange pendant l’hiver et même plus. De quoi nous donner du baume au cœur.  La couleur orange est la couleur de la bonne humeur et vous savez ce que je pense de la sphère….

  Les ombrières qui lui faisaient défaut apportent aujourd’hui originalité et fraîcheur.

Magnifiques plaques en fonte hyéroises datant du XIX e siècle
Mais d’où est donc tirée cette idée ingénieuse de découpe ?

La magnifique rosace centrale (inspirée de celle de la place del campidoglio oeuvre de Michel-ange) donne une structure centrale bien campée. Elle rayonne, pacifie, unifie et met  en liaison toutes les parties de la ville, le nord comme le sud , l’est comme l’ouest , les jardins, tout comme l’ancienne  et la nouvelle ville et met en valeur la fontaine qui rafraîchit la place . En plus, elle lui confère un petit air d’Italie.

J’aime aussi son côté populaire et enchanteur,  le manège circulaire  va attirer et réjouir un grand nombre d’enfants.La sculpture du Duc d’Anjou n’a pas été oubliée, elle a juste changé de place. Elle regarde du côté de la place et de la  mer et c’est tout aussi bien quand on connaît l’histoire du Duc d’Anjou.Demain c’est le grand jour, demain c’est le jour de l’inauguration et la place sera fin prête.

Jour d’inauguration : C’est la fête

La place est noire de monde

Le spectacle est féérique, les papillons-anges déploient leurs ailes.

Et les baleines bleues s’élancent dans le ciel


Nota bene : S’inspirer n’est pas copier. Je pense que la nature et les fleurs par leur magnifique architecture bien centrée, souvent autour d’une rosace, sont de grandes inspiratrices….

Marseille en Capitale Européenne de la culture.

lundi, mars 4th, 2013

Cela faisait quatorze mois exactement que je n’étais pas venue à Marseille . Entre temps la ville était rentrée en ébullition et s’était transformée pour accueillir l’événement .

J’ai eu un peu de mal à trouver mon parking habituel, les panneaux avaient changé. J’ai tourné un peu, j’ai traversé  un foisonnant marché oriental, je me suis retrouvée sur la Canebière après avoir dépassé l’entrée du parking sans la voir. Finalement j’ai trouvé une place, rue de la Coutellerie. Je me suis dirigée à pied vers le vieux port. Mon regard s’est perdu dans la Canebière magnifiquement détournée sur les murs de la chambre de commerce.

Marseille capitale européenne de la culture 062

 

Tout au bout, le nouveau vieux port doté d’une immense esplanade, scène ouverte sur le bleu du ciel et le bleu de la mer . Elle accueille les sculptures contemporaines très haute en couleurs de l’artiste Richard Campana.

Marseille-capitale-européenne-de-la-culture-034Dialogue entre La Paloma et La Paloma.

Marseille capitale européenne de la culture 033

 

La girafe m’a taper dans l’oeil. Qu’est ce qu’elle est belle !

Marseille capitale européenne de la culture 043

 

L’éléphant africain se tient bien.

Marseille capitale européenne de la culture 047

 

Le rhinocéros a de la gueule…

Marseille capitale européenne de la culture 050

 

L’esplanade accueille également le marché aux poissons qui jouxte le marché au fleurs et les marchands de savon de Marseille fleurant bon.

Marseille capitale européenne de la culture 057

Le point fort du nouveau vieux port,c’est son côté grandiose .  En lui même une sorte de spectacle permanent, un lieu de promenade.  On peut aussi tout aussi bien, y dresser une vraie scène pour accueillir des artistes.

Le point faible. Les pierres minérales choisies sont très tendance,  belles, inusables, facile à entretenir et donc propres mais  elles  renvoient une lumière aveuglante tout comme l’ombrière. Il n’y a pour  l’instant,aucune plante verte cassant  cette brillance et cette chaleur qui en découle. Pourquoi ne pas mettre quelques palmiers , les mêmes que ceux qui se trouvent devant l’opéra . Ils ferait une continuité et un lien avec l’Afrique toute proche. Ils sont très résistants à tout, au chaud, au froid et à la pollution. Sinon les lauriers roses ou les oliviers ne sont pas mal non plus. J’ai noté que l’unique figuier de la promenade  avait été conservé, ouf ! j’ai eu peur pour lui…

La surprise :

Au retour j’ai demandé mon chemin à un passant pour retrouver ma rue.

Il m’a raccompagnée jusqu’à ma voiture, rue de la coutellerie avec une courtoisie extrême . Il ne m’a pas fait un coup tordu!!!

Dans le quartier du panier, alors que je demandais un renseignement un habitant m’a dit presque en s’excusant :

-Vous savez en général c’est plus propre …

J’ai été agréablement surprise par l’accueil des marseillais que j’ai croisés sur mon chemin. Je les ai trouvés chaleureux, serviables, humbles, touchants très dignes et très honorés d’habiter dans une ville consacrée capitale européenne de la culture

Mon coup de coeur :

Pour quitter la ville j’ai emprunté une route que je ne prenais jamais. J’ai découvert, de loin, entre le bleu de la mer et le bleu du ciel un  quartier en émergence.

Du quartier de La Joliette en pleine restructuration s’élancent de très belles architectures contemporaines (Le MUCEM , le musée de Provence, la grande tour) qui se fondent harmonieusement avec les docks , les gros bateaux et les architectures anciennes ; La cathédrale de La Major, le Fort Saint Jean …

Plus tard, je reviendrai visiter les musées.

 

 

3 février 2015

Retour sur image.

Cela Marseille capitale européenne de la culture 084fait déjà 2 ans que l’événement a eu lieu . depuis, j’ai déménagé et je ne suis pas revenue sur Marseille, avec le recul, ce qui m’a marquée et qui restera dans les siècles à venir, c’est cette immense esplanade gagnée sur la mer.Marseille et parc Jourdan 066

Marseille et parc Jourdan 068

Je me souviens aussi de l’originalité  l’ombrière imaginée par l’architecte britannique Norman Foster  près de l’embarcadère.

Marseille capitale européenne de la culture 093

J’ai trouvée cette oeuvre très drôle, chacun peut s’y voir déambuler car , elle est composée de multiple miroirs. Cependant,  en temps que fille du midi et appréciant tout particulièrement l’ombre, j’ai été vraiment déçue , car, si vous  y chercher l’ombre à midi et en plein été, c’est raté ! Ce n’est pas une ombrière fonctionnelle, il n’y a même pas de siège pour s’asseoir dessous, elle est loin de l’embarcadère et,  c’est surtout un endroit où l’on passe  pour s’amuser,  c’est dommage, car en plein midi, le soleil cogne fort et cette ombrière n’en a que le nom , ce n’est pas un endroit où on peut se poser pour se rafraîchir en attendant un bateau.

La pointe rouge 117

 

La pointe rouge 109