Posts Tagged ‘Tiriti tiritilui’

Tirititi tiritiki

mercredi, mars 2nd, 2022

Tirititi tirititi tirititi tiritiki

Sur mon chemin

Brodé de lumière

Tirititi tirititi tirititi tiritiki

C’est le soleil qui l’a dit

Emotion du matin

Tirititi tiriti tirititi tiritiki

Jaillissant de terre

vers la cime bleue

La flèche flammée

Du rouge- queue

Tirititi tirititi tirititi tiritiki

C’est le ciel qui l’a dit

Tirititi tirititi tirititi tiritiki

C’est l’oiseau qui l’a dit

Bon anniversaire !

Brigitte Gladys

PS : Le rouge-queue se nomme aussi rossignol des murailles.

PS : A ces considérations terre à terre et très peu encourageantes d’un professeur de peinture des Beaux Arts quand j’étais étudiante :

-Tu ne gagneras pas ta vie avec la poésie, la poésie ne rapporte rien.

Je n’avais pas répondu à l’époque mais, aujourd’hui je répondrais que cultiver la poésie apporte un enrichissement supérieur. Par ailleurs dans mon métier de professeur d’Arts plastiques, j’ai beaucoup utilisé la poésie et les élèves y étaient très sensibles. Il n’y a pas de petite ou de grande poésie, il y a la poésie tout court. Quand on écrit une poésie c’est comme si on brossait un tableau avec la couleur des mots.

La pratique des Arts Plastiques permet de cultiver l’observation, la sensibilité, la créativité, l’imagination, la liberté, l’audace et l’innovation. Toutes ces qualités permettent de ce sortir des pires situations, prisons bien réelles ou mentales, quelle que soit notre métier ou nos origines sociales.

Il n’y a pas des matières principales et des matières secondaires à enseigner, les Arts Plastiques ont bien leur place dans l’apprentissage scolaire et la formation de futurs adultes intelligents et libres.

La poésie est au centre, quand on est au centre on touche l’essentiel et cela apporte une liberté et un bonheur inestimable.

Aujourd’hui c’est mon anniversaire, ma naissance fut un jour difficile ma mère m’a rejetée, elle ne voulait plus d’enfant ou pas d’enfant, Vous ne trouverez aucune photo de moi bébé dans les bras de ma mère.

Quand, à la naissance on vous estampille d’un mandala brisé, d’ enfant rejeté, d’ enfant non désiré, se sentir bien, se sentir heureux, se sentir aimé, avoir confiance, trouvé sa place dans la société, c’est hautement difficile et hautement difficile de restaurer ce mandala de vie.

Ce qui m’a sauvée, c’est ma créativité, mon ingéniosité, mon imagination, mon audace, mon amour pour la nature, peinture, le dessin et pour les mots.

C’est ainsi que dès mon plus jeune âge, pour m’évader de ce non amour, de ces maltraitances, j’ai peint, j’ai dessiné et j’ai écrit , j’ai trouvé le bonheur et la liberté.

Fallait il que je sois audacieuse pour quitter ma province pour Paris et réussir du premier coup l’entrée aux Beaux Arts. Tout cela sans un sou vaillant.

L’affection je l’ai obtenue plus tard avec mes enfants que je remercie. Je leur ai donné de l’affection et j’en ai reçu en retour, je n’ai pas reproduit les manquements de ma mère.

En ce jour particulier, si dieu me prête vie, je projette de faire un recueil de poèmes sur papier avec des peintures.

Je le publierai en édition limitée, une partie ira à ma famille et quelques exemplaires seront mis à la vente pour vous si vous le souhaitez.

Je ne sais pas quand je reviendrai sur ce site, je dois subir une opération du genoux. Ce sera ma 4eme opération depuis mon très grave accident.